La Ville lance le fonds environnemental Éclore. De gauche à droite, on reconnaît les conseillers municipaux Claude Ferron et Mariannick Mercure, la directrice de la Fondation Trois-Rivières durable Cindy Provencher, le maire Jean Lamarche, le chef de division du Développement durable de la Ville de Trois-Rivières Dominic Thibeault de même que le président d’IDE Trois-Rivières, Yves Lacroix.
La Ville lance le fonds environnemental Éclore. De gauche à droite, on reconnaît les conseillers municipaux Claude Ferron et Mariannick Mercure, la directrice de la Fondation Trois-Rivières durable Cindy Provencher, le maire Jean Lamarche, le chef de division du Développement durable de la Ville de Trois-Rivières Dominic Thibeault de même que le président d’IDE Trois-Rivières, Yves Lacroix.

Éclore: un projet ambitieux pour le développement durable

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — C’est un défi ambitieux que se lance la Ville de Trois-Rivières, qui a annoncé mardi la création du projet Éclore fonds environnement Trois-Rivières. À travers ce fonds complètement local, la Ville souhaite mettre de l’avant des projets qui permettront d’allier à la fois développement économique et développement durable. Une première au Québec.

«Éclore, c’est le projet le plus important sur lequel j’ai travaillé de toute ma carrière en environnement à la Ville de Trois-Rivières», a lancé d’entrée de jeu Dominic Thibeault, chef de division du Développement durable de la Ville de Trois-Rivières, à l’occasion du lancement qui a été fait à l’hôtel de ville de Trois-Rivières mardi soir.

Le nouveau fonds est mené en collaboration avec la Fondation Trois-Rivières durable, de même qu’Innovation et développement économique Trois-Rivières. Il deviendra le levier financier de projets permettant tant aux citoyens qu’aux entreprises de réaliser des idées visant différents objectifs de la Politique de développement durable de la Ville.

Ainsi, que ce soit par le biais d’activités de sensibilisation dans les écoles ou auprès de la population, de conservation et de mise en valeur de milieux naturels, mais également d’adaptation de procédés industriels pour une production plus durable ou encore d’investissement dans l’économie circulaire, Éclore veillera à réaliser un maximum de projets tout en visant une réduction massive des gaz à effets de serre.

À l’intérieur de ce fonds, on instaure également la création d’une bourse du carbone locale, à laquelle les Trifluviens seront invités à contribuer pour compenser leurs émissions de gaz à effets de serre. Le conseiller municipal Claude Ferron indique qu’une personne qui voudrait, par exemple, compenser un voyage effectué en voiture ou en avion pourra contribuer à ce fonds, dont les montants seront réinvestis localement, ce qui n’est actuellement pas le cas avec les autres bourses du carbone existantes. «Ça devient encore plus significatif puisque l’argent retourne dans la communauté pour des projets de développement durable ici», considère-t-il.

Pour parvenir à ses fins, Trois-Rivières se donne les moyens de ses ambitions, en allant jusqu’à consacrer 10% de ses surplus budgétaires dans Éclore. Lors de la dernière présentation sur les excédents budgétaires, il avait d’ailleurs été mentionné que la Ville comptait dans le futur réserver 5% de ces montants au développement économique, et un autre 5% à l’environnement. On comprend aujourd’hui qu’avec Éclore, le mariage entre ces deux visions pourra se faire à l’intérieur de ce fonds.

Cette année, toutefois, en raison des dépenses supplémentaires liées à la COVID, soit un manque à gagner budgétaire estimé entre 4M$ et 6M$, il y a fort à parier qu’environ 6% des surplus seront redirigés vers Éclore, mais l’objectif demeure toujours d’y injecter jusqu’à 10% par année, précise-t-on.

Les citoyens et entreprises qui croient au projet auront également la possibilité de contribuer à ce fonds, de même que la possibilité de soumettre des projets qui pourront être financés par Éclore. Un comité d’évaluation des programmes sera mis en place pour évaluer les demandes et pour formuler des recommandations au conseil municipal et au conseil d’administration de la Fondation Trois-Rivières durable, qui procéderont à l’allocation des subventions pour les projets retenus. Les procédures seront expliquées plus en détail dès cet automne.

«Éclore est une alliance entre le développement économique et l’environnement. C’est une approche innovante qui fera école dans d’autres villes parce que c’est un outil de développement durable qui répond à un besoin exprimé tant par les citoyens que les entrepreneurs», croit le maire Jean Lamarche.