Les détails concernant les quatre programmes du projet Éclore ont été dévoilés mardi.
Les détails concernant les quatre programmes du projet Éclore ont été dévoilés mardi.

Éclore: place au premier appel de projets

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Le défi de soutenir des projets environnementaux imaginés par et pour la communauté trifluvienne que s’est lancé la Ville de Trois-Rivières au mois d’août dernier avec la création du projet Éclore fonds environnement Trois-Rivières commence peu à peu à prendre forme, alors que les détails concernant les quatre programmes y étant reliés ont été dévoilés mardi, lançant du même coup le premier appel de projets dans le dossier.

«Éclore, c’est la continuité de deux ans de travail et de planification et c’est un élément de fierté pour Trois-Rivières, car on va pouvoir dire qu’on a été les premiers à avoir eu la conviction qu’on pouvait faire une alliance qualité de vie, environnement et développement économique et j’en suis vraiment fier. Je crois d’ailleurs qu’il faut le mettre de l’avant, puisque c’est l’un des projets les plus rassembleurs qu’on va pouvoir se vanter d’avoir mis au monde», a lancé d’entrée de jeu le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche.

Ainsi, depuis mardi et jusqu’au 28 novembre prochain, c’est le Programme d’économie durable (PED) qui ouvre la marche au premier appel de projets dans le dossier.

Ce programme consiste entre autres à favoriser l’émergence de projets qui seront en mesure de stimuler l’économie circulaire, les initiatives de recherche en économie durable ou l’implantation de technologies de l’information afin de permettre par exemple aux entreprises régionales de pouvoir réduire leur empreinte.

«Avec le projet Éclore, on est en train positivement tout d’abord de contaminer notre conseil municipal et progressivement, on va commencer à toucher plusieurs milieux. On va aller oui c’est sûr dans le milieu environnemental, mais aussi dans les autres milieux comme ce sera le cas pour le milieu économique qui va faire partie de la clé du succès et c’est là que le projet va prendre tout son sens», a soutenu le maire Lamarche.

Trois autres programmes pour la prochaine année

Les trois autres programmes qui sont, tout comme le Programme d’économie durable, administrés par la Fondation Trois-Rivières durable (F3RD) seront pour leur part mis de l’avant au cours de la prochaine année.

C’est le cas du Programme de protection et mise en valeur (PPMV) qui favorise l’acquisition, la conservation et la mise en valeur des milieux naturels de haute valeur écologique sur le territoire trifluvien.

«Avec ce programme par exemple, il va être possible de faire l’acquisition de milieux naturels de grande valeur écologique ou encore d’aménager des sentiers pour donner un accès aux citoyens», souligne la directrice de la F3RD, Cindy Provencher.

Le dépôt de projets pour ce programme est prévu du 15 février au 15 mars 2021.

Par la suite, soit du 15 mars au 15 avril 2021, c’est le Programme de soutien à la sensibilisation à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (PSSRGES) qui sera à l’honneur, afin de soutenir les initiatives permettant de sensibiliser le public et d’encourager les pratiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre sur le territoire.

À cet effet, des projets de sensibilisation dans les écoles ou encore des projets de soutien et d’accompagnement aux entreprises qui souhaiteraient atteindre la carboneutralité peuvent être envisagés par exemple.

Finalement, du 1er octobre au 15 novembre 2021, c’est le Programme de réduction et captation des gaz à effet de serre (PRCGES) qui clôturera les dépôts de projets.

Ce dernier vise entre autres à stimuler l’émergence d’initiatives qui permettront de diminuer les émissions collectives de gaz à effet de serre de la ville.

«Un exemple concret pourrait être le remplacement d’un système de chauffage qui utilise des combustibles fossiles par un système électrique pour chauffer un bâtiment. C’est d’ailleurs ce programme qui va permettre éventuellement d’échanger des crédits carbone sur le marché volontaire», souligne Cindy Provencher.

Afin de déterminer les projets retenus, un comité d’évaluation des programmes sera mis en place et aura la tâche d’analyser les demandes et de formuler des recommandations au conseil municipal et au conseil d’administration de la F3RD, qui procédera par la suite à l’allocation des subventions.

Pour en connaître davantage sur les différents programmes, il est possible de consulter le site de la Ville de Trois-Rivières.