Eau potable dans le secteur est: fin du moratoire pour septembre

La situation de l'approvisionnement en eau dans le nord du secteur Cap-de-la-Madeleine continuera de s'améliorer en 2014, si bien que la Ville de Trois-Rivières s'attend à une levée complète du moratoire imposé à la construction de nouvelles rues dans ce secteur d'ici au 1er septembre prochain.
On se souviendra qu'en septembre 2011, une décision de la Ville avait été communiquée à tous les entrepreneurs, n'autorisant plus l'ouverture de nouvelles rues dans le secteur est de la ville en raison des problèmes d'approvisionnement en eau potable. Toutefois, en novembre dernier, le conseil municipal maintenait ce moratoire pour la partie au nord de l'emprise de l'autoroute, mais levait partiellement cette interdiction pour la partie sud.
Par ailleurs, les travaux réalisés depuis l'été 2013 pour améliorer l'approvisionnement en eau potable dans le secteur est continuent de porter fruits. La construction de deux réservoirs au pied des ponts Duplessis et Radisson permet graduellement au haut du secteur Cap de ne plus envoyer l'eau vers le bas du Cap pour alimenter le réseau à cet endroit, souligne le directeur des communications de la Ville, François Roy.
«Les travaux se poursuivent sur la rive est. Nous allons compléter la construction des deux réservoirs et travailler à la mise en réseau des puits existants. Ces chantiers-là auront beaucoup moins d'incidences sur la circulation que ceux de l'été 2013», ajoute-t-il.
Toutefois, avant la levée totale du moratoire pour ce secteur, la Ville devra obtenir l'approbation du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs. C'est d'ailleurs une démarche que le comité exécutif de la Ville a entrepris hier après-midi, adressant une demande pour le prolongement des réseaux d'aqueduc et d'égouts dans la nouvelle rue de Pékin et dans un nouveau tronçon des rues de Rome et d'Oslo pour la construction d'environ21 résidences unifamiliales.
«Après approbation du ministre, nous pourrons conclure des protocoles d'entente pour relancer la construction», ajoute M. Roy.
Mais déjà, avec l'assurance d'une levée complète du moratoire en septembre et la poursuite par la Ville des travaux pour sécuriser l'approvisionnement en eau, au coût de 30 M$, les entrepreneurs peuvent envisager l'année 2014 avec optimisme.
«Ce sera certainement mieux que 2013», lance en riantl'entrepreneur Paul Dargis, dont l'entreprise développe en partie le secteur Terrasse des Capitales.
M. Dargis explique que son entreprise disposait de 15 à20 terrains déjà desservis et qui sont prêts à être bâtis sans attendre pour autant la levée totale du moratoire sur l'ouverture de nouvelles rues. «Il y a d'autres possibilités pour de nouvelles rues, mais à ce moment, il faut prévenir les clients que ça ne sera pas livré avant la fin août ou le début septembre. Mais ça n'empêche pas les gens de venir», se réjouit-il.
Même son de cloche chez Construction Sylvain Bourdeau, aussi dans Terrasse des Capitales, où malgré l'ouverture tardive de la prochaine phase de développement, les clients sont au rendez-vous.
«On les prévient que c'est pour une livraison en septembre. Pour certaines personnes pour qui le projet était plus pressant, ça peut avoir restreint les ventes, mais on a beaucoup de demandes pour les nouveaux développements, et au moins cinq maisons sont déjà signées pour une livraison en septembre», se réjouit David Bourdeau.
De ce côté, d'autres terrains des phases antérieures sont toujours disponibles et desservis à 100 %, permettant aussi de satisfaire la clientèle qui ne préférerait pas attendre au mois de septembre pour une nouvelle construction, ajoute M. Bourdeau.
Entre temps, le moratoire continue d'être maintenu du côté nord de l'emprise de l'autoroute, dans le secteur Saint-Louis-de-France, et ce, jusqu'à nouvel ordre.