Pour tenter de comprendre ce qui a bien pu se produire la semaine dernière, la Municipalité de Saint-Élie-de-Caxton procédera à une inspection aléatoire de quelques fosses septiques en plus d'en inspecter deux ou trois autres qui ne l'avaient pas été en 2011.

Eau du lac Bell: difficile de mettre le doigt sur la cause

À moins qu'on ne trouve une fosse septique défectueuse, on ne saura peut-être jamais la cause exacte de ce qui a entraîné une détérioration rapide de la qualité de l'eau du lac Bell de la station touristique Floribell de Saint-Élie-de-Caxton, vendredi dernier, entraînant la fermeture de sa plage, rouverte par ailleurs dès le lendemain.
Au ministère de l'Environnement, on dit suivre ce dossier de très près. Stéphanie Lemieux, des communications, a expliqué que plusieurs causes pouvaient entraîner un changement rapide de cote: les eaux de ruissellement après des pluies importantes, la présence d'un fort soleil après les pluies, la fiente des oiseaux dont les goélands ou les outardes ainsi que le mauvais fonctionnement des fosses septiques qui bordent un lac.
«Ce sont autant de facteurs qui peuvent influencer la qualité de l'eau. Dans ce cas, nous avons suggéré fortement à la Municipalité de faire une inspection des fosses septiques parce qu'il se pourrait qu'une installation non conforme ou défectueuse ait occasionné la contamination du lac. Ça peut être une cause. Il est évident que si la Municipalité décide d'entreprendre une inspection exhaustive des fosses, on pourra peut-être mettre le doigt sur le problème. Mais si on rejette cette option, ce sera très difficile. On pourra retourner à l'échantillonnage précédent le 21 juillet, voir s'il y a eu de fortes pluies, revoir la météo des jours précédents. Mais ce sera difficile de dire hors de tout doute raisonnable ce qui a occasionné la contamination du lac.»
Mme Lemieux ajoute qu'il est certain que le ministère effectuera un suivi serré de la qualité de l'eau de ce lac. Que d'autres échantillonnages seront effectués à court terme afin de s'assurer que la cote B se maintient et qu'elle évolue vers le A, c'est-à-dire excellente, comme ce fut le cas par le passé pour ce lac réputé pour la qualité de son eau.
Rappelons qu'à la direction de la station touristique Floribell, on ne s'explique pas comment la concentration bactériologique est passée soudainement de 6 UFC/100 ml le2 juillet à 610 FC/100 ml le 21 juillet pour finalement revenir à 25 UFC/100 ml quatre jours plus tard. En plus de la possibilité d'un déversement, on n'écartait pas la thèse d'une erreur d'analyse ou d'échantillonnage.
Du côté de la Municipalité, on prend aussi la chose très au sérieux compte tenu des conséquences. La directrice générale, Isabelle Bournival, rappelle que la dernière inspection des fosses septiques concernées remonte à 2011 et que toutes ont été classées A, soit «sans déversement».
Si on ne compte pas refaire les plus récentes inspections, la Municipalité procédera tout de même à une inspection aléatoire de quelques fosses en plus d'inspecter deux ou trois fosses septiques qu'on n'avait pas eu le temps de faire en 2011.
«De plus, en 2010 l'organisme de bassin versant avait aussi fait une étude sur l'état de santé des lacs et la santé du lac Bell était excellente, sans présence d'algues. En plus, il n'y a pas de moteurs sur le lac.»
Mme Bournival admet que la Municipalité a confiance dans la qualité des fosses septiques inspectées. Elle rappelle toutefois que la Municipalité n'est pas responsable des fosses commerciales qui elles, relèvent du ministère de l'Environnement.