Du rêve à la réalité pour la Maison Aline-Chrétien

Shawinigan — Même l’incongruité de Dame Nature n’est pas parvenue à décourager une centaine de personnes à assister, lundi matin, à l’inauguration officielle de la nouvelle maison de fin de vie à Shawinigan, située au bout de la Terrasse de la Cascade. La présidente de la Corporation des Trois colombes, Lise Landry, a profité de l’occasion pour confirmer que ce service serait dorénavant connu sous l’appellation de Maison Aline-Chrétien, afin de rendre hommage à une famille qui a donné une nouvelle impulsion au projet grâce à son implication financière.

Le sous-sol de l’ancienne résidence de feu Gabriel Buisson, fondateur de la Société Laurentide, manquait d’espace pour accueillir tous les invités. Il faut dire qu’une longue liste de bénévoles, d’administrateurs et de décideurs ont contribué à une réussite qu’on ne croyait plus envisageable en 2011, au moment de la dissolution du premier groupe qui n’était pas parvenu à amasser les fonds nécessaires pour garantir l’avancement de cet ambitieux projet.

Une nouvelle corporation a toutefois été formée en 2014, avec à sa tête cette fois l’ex-mairesse de Shawinigan, Lise Landry. En avril 2016, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, garantissait une aide financière annuelle récurrente de 544 000 $ indexée pendant 25 ans, retirant ainsi un lourd fardeau des épaules des administrateurs. L’implication de l’ex-premier ministre Jean Chrétien, qui a recueilli pas moins de 845 000 $ auprès de sa famille et de ses proches et celle de la famille Buisson ont fait le reste.

Les huit chambres sont maintenant prêtes à recevoir des personnes en fin de vie à compter du 25 avril. La phase rénovation a été complétée au coût de 1,2 million $, sans compter 100 000 $ en équipements médicaux et 100 000 $ en ameublement et décoration.

La conférence d’information a pris les allures d’un véritable torrent de reconnaissance à l’endroit de Mme Landry. Sourires en coin, tous ont souligné son entêtement à vouloir aller au bout de ce projet, contre vents et marées.

La députée de Laviolette et ministre responsable de la Mauricie, Julie Boulet, n’était pas avare de commentaires pour qualifier les mérites de l’ex-mairesse.

«Je salue la vision, l’audace, la détermination et la persévérance de Mme Landry», a-t-elle lancé. «Derrière l’équipe, il y a toujours une locomotive, un leader. Nous en avons une ici!»

La principale intéressée parvenait difficilement à exprimer les émotions du moment. «Je ne suis pas capable de le mettre en mots, mais j’ai un cœur qui bat très fort!», témoigne Mme Landry. «C’est un rêve qui se réalise. C’est pas croyable. C’est fait, mission accomplie!»

Mme Boulet s’est permis une fleur à l’endroit de son collègue Pierre Giguère. La contribution du député de Saint-Maurice a aussi été soulignée à grands traits. Visiblement ému, il a rappelé que le dossier de la Maison des Trois colombes fut l’un des premiers à atterrir sur son bureau après son élection, il y a quatre ans.

«C’était le projet de Pierre», témoigne Mme Boulet. «Il a mené une bataille de tous les instants, il n’a pas lâché le ministre Barrette. Avec beaucoup d’insistance, Pierre a toujours été là pour défendre ce dossier, pour avoir de l’argent en soutien des opérations. C’est plus à Pierre qu’à moi que vous devez dire un merci particulier.»

Nouvelle dénomination

Le changement d’appellation de la Maison des Trois colombes pour la Maison Aline-Chrétien a été réalisé pour souligner le rôle crucial de cette famille pour le financement du service et des travaux. Jusqu’ici, la campagne a permis d’amasser 2,5 millions $. La participation de la fondation de l’ex-premier ministre explique donc à elle seule le tiers de ce montant.

Habituellement très effacée dans la sphère publique, Mme Chrétien accepte l’honneur avec beaucoup d’humilité. La corporation l’a choisie pour la sérénité, la paix et le calme qu’elle incarne, ce que la maison souhaite justement transmettre à ses bénéficiaires.

«Je suis bien contente, c’est vraiment spécial», commente Mme Chrétien. «J’avais hâte de voir ça. C’est important pour les gens. Nous avons visité et c’est très, très beau.»

Comme à chacun de ses passages, son mari n’a pas raté l’occasion de produire son effet. Il n’a évidemment pas désapprouvé la dénomination choisie par la Corporation des Trois colombes, lançant même qu’il était «à peu près temps» que son épouse soit honorée de la sorte!

«Elle a toujours été responsable de bien des choses», raconte-t-il. «J’ai toujours dit qu’elle était mon roc de Gibraltar. Je ne serais jamais devenu le premier ministre du Canada si elle n’avait pas été ma compagne. Elle m’a empêché bien des fois de faire des bêtises!»

«En toute humilité, ce sera probablement la plus belle maison de soins palliatifs au Québec», croit M. Chrétien. «Le site est incroyable, au-dessus de la rivière, avec cette entrée magnifique que Gaby avait organisé pour sa maison. Pour les gens qui feront leur dernier voyage, je pense qu’ils ne pourront pas le faire dans de meilleures circonstances. C’est une très, très belle réalisation pour la qualité de notre société.»