Du maraudage syndical, soutiennent la CSQ, la FSQ et la F4S

La volonté de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec de réorganiser les soins de santé en passant par l'alliance des forces syndicales n'est qu'une opération déguisée de maraudage, soutiennent la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Fédération de la santé du Québec (FSQ-CSQ) et la Fédération des syndicats de la santé et des services sociaux (F4S-CSQ).
Ces syndicats dénoncent le comportement de la FIQ, qu'ils accusent de faire preuve d'hypocrisie.
«Comment peut-on prendre au sérieux cet appel de la FIQ à l'ensemble des professionnelles et professionnels de la santé à unir leurs forces alors que cette organisation syndicale s'est efforcée, depuis qu'elle a vu le jour, de maintenir ses propres membres dans l'isolement, se limitant à des alliances ponctuelles et opportunistes avec les autres organisations syndicales?», déclare par voie de communiqué la présidente de la CSQ, Louise Chabot.
Selon Mme Chabot, cet appel de la FIQ repose davantage sur une volonté de profiter de la prochaine période légale de changement d'allégeance syndicale que sur un désir d'améliorer les soins de santé.
«On ne peut pas rompre les liens avec la plus importante organisation syndicale dans le secteur public qu'était le SISP (le Secrétariat intersyndical des services publics) pour peu après s'en aller sur la place publique en se disant convaincu que nous devons toutes et tous unir nos forces. Surtout que l'unité dont on parle devrait obligatoirement se faire, comme par hasard, sous le chapeau de la FIQ», ajoute Mme Chabot, qui affirme qu'en agissant ainsi, la FIQ confond solidarité et impérialisme.