La CSN a profité de la Saint-Valentin pour lancer la campagne Vous êtes les services publics, Merci. De gauche à droite: Jean Fournier, président du Syndicat des professeurs du Cégep de Trois-Rivières, Mariline Séguin, vice-présidente régionale de la FSSS-CSN MCQ, France Forest, présidente du Syndicat du personnel de soutien du Collège Shawinigan, ainsi que Paul Lavergne, président du Conseil central du Cœur du Québec de la CSN.

Du chocolat pour remercier les travailleurs

Trois-Rivières — Des organisations affiliées à la CSN ont profité de la Saint-Valentin pour lancer une campagne de valorisation des travailleurs des services publics, à Trois-Rivières, jeudi matin. Sous le thème Vous êtes les services publics. Merci, le syndicat entame une opération de distribution de chocolats en forme de cœur, dans tout le Québec, afin de remercier «les travailleurs et travailleuses qui font tous les jours de véritables petits miracles», fait-on valoir.

«C’est un peu curieux de se remercier nous-même», convient Paul Lavergne, président du Conseil central du Cœur du Québec de la CSN, mais dans un contexte où les compressions budgétaires se sont faites aux frais des travailleurs, selon lui, «c’est d’autant plus important de reconnaître l’effort qui est fait [par nos membres]», soutient-il.

Le syndicaliste plaide que les quelque 4 milliards $ de surplus du gouvernement du Québec ont été générés par une compression des services publics. «Toutes les personnes qui ont été coupées, il faut comprendre que ceux qui restent sont surchargés. Et là, on tombe dans un cercle vicieux: les gens tombent malades, ils vont prendre un congé de maladie, là ils reviennent et n’ont pas été remplacés, ils sont sur-surchargés», se désole-t-il. Pour lui, la solution passe par un réinvestissement.

«C’est difficile d’avoir attraction-rétention quand les conditions de travail sont difficiles», affirme M. Lavergne. «L’objectif d’aujourd’hui, c’est de dire “vous tenez le fort, ceux qui restent, merci! Merci d’avoir la flamme et de continuer”», explique-t-il.

Les travailleurs des services publics visés par la campagne de la CSN œuvrent dans les secteurs de l’éducation, de la santé et des services sociaux et des organismes gouvernementaux.

Jean Fournier, président du Syndicat des professeurs du Cégep de Trois-Rivières, souligne ainsi que plus de 500 professeurs du collégial de la région «sont mobilisés dans des conditions parfois difficiles». Il dit que l’on apprend tôt à nos jeunes à dire merci, qu’il importe donc de le faire à l’intention des «donneurs et donneuses de sens» que sont les professeurs qu’il représente.

Pour France Forest, présidente du Syndicat du personnel de soutien du Collège Shawinigan, ceux qu’elle représente sont souvent des travailleurs de l’ombre dont l’apport est pourtant essentiel, indique-t-elle. «C’est souvent des gens qui sont oubliés lors des consultations, mais qui subissent souvent les décisions qui sont prises», déplore la syndicaliste. La campagne est une occasion pour elle de mettre en valeur le travail de ses membres.

La CSN représente environ 17 000 travailleurs dans les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec.