Chaque été, les jeunes de 12 à 17 ans s’impliquent bénévolement pour divertir les personnes qui résident dans les Centres d’hébergement de la Mauricie. Jasmine Désaulniers, 13 ans, bénévole, Léamarie Nadon, 14 ans, bénévole, Béatrice Trudel, résidente et Megan Boucher, 15 ans, bénévole.

Du bonheur pour les aînés

SHAWINIGAN — Les jeunes bénévoles du projet Sunny Action de la Fondation Sunny D. Extrême ont organisé lundi un BBQ pour les résidents du Centre d’hébergement Laflèche à Shawinigan.

Le projet intergénérationnel Sunny Action a pour mission d’illuminer le quotidien des résidents de 17 Centres d’hébergement de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Rappelons que la Fondation Sunny D. Extrême a été créée par Alain Desbiens en l’honneur de son fils, décédé en 2007, qui s’impliquait beaucoup auprès des personnes âgées.

L’organisme recrute des adolescents âgés de 12 à 17 ans afin de briser l’isolement chez les aînés. Sa mission vise également la création d’un pont entre les générations.

Au total, 17 centres d’hébergement, répartis dans sept municipalités de la région, participent au projet Sunny Action. Cette année, 190 jeunes bénévoles se sont impliqués dans le projet. Une augmentation d’environ 25 % comparativement à l’an dernier.

Le projet pourra s’étendre ailleurs sur la province grâce à un montant de 1,7 million obtenu en mai dernier. Ainsi, Laval, le Saguenay-Lac-Saint-Jean de même que la MRC de Portneuf pourront, à leur tour, y prendre part.

Offrir des activités variées
Tout au long de l’été, les jeunes organisent des activités comme des pièces de théâtre, du chant ou encore des parties de bingo. «C’est une part de bonheur», lance Alain Desbiens, président de la Fondation Sunny D. Extrême. «Des journées comme celle-là pour eux [les aînés] c’est extraordinaire. En plus, on voit travailler les jeunes avec le sourire aux lèvres», ajoute-t-il.

Au Centre d’hébergement Laflèche du secteur Grand-Mère, une douzaine de jeunes participent au projet et tous s’impliquent pour différentes raisons.

«Je voulais venir voir les résidents, parce que ça change leur journée», explique Megan Boucher, 15 ans, bénévole au Centre d’hébergement Laflèche.

Étant à sa première année de bénévolat pour le projet Sunny Action, Megan Boucher souligne l’échange qui se fait entre les jeunes et les personnes âgées. «Ils aiment ça voir des jeunes et ils nous parlent de leur passé, de leur vie. C’est vraiment l’fun», confie-t-elle.

Un transfert d’énergie
Pour Gabriel Hamelin, intervenant en loisirs au Centre d’hébergement Laflèche depuis maintenant quatre ans, les jeunes permettent de créer une belle dynamique avec les résidents. «Les jeunes utilisent leur énergie pour la transmettre aux résidents et, à leur tour, les résidents leur transmettent tout le bonheur qu’ils sont capables de leur donner».

M. Hamelin insiste également pour dire que le projet offre la possibilité aux adolescents de développer sur le plan personnel. «Tout ça leur permet de s’éclater, de s’amuser et de s’épanouir», mentionne-t-il.