Les travaux de doublement de l’autoroute 55 entre Bécancour et Sainte-Eulalie commenceront d’ici deux ans, selon le premier ministre François Legault, qui était de passage à Bécancour vendredi, notamment accompagné de son adjoint parlementaire et député de Nicolet–Bécancour, Donald Martel.
Les travaux de doublement de l’autoroute 55 entre Bécancour et Sainte-Eulalie commenceront d’ici deux ans, selon le premier ministre François Legault, qui était de passage à Bécancour vendredi, notamment accompagné de son adjoint parlementaire et député de Nicolet–Bécancour, Donald Martel.

Doublement de l’autoroute 55: «Il est temps que ça se fasse!»

Mathieu Lamothe
Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste
Bécancour — Le premier ministre du Québec, François Legault, a pris l’engagement formel, vendredi après-midi, que le chantier du doublement de l’autoroute 55 entre le secteur Saint-Grégoire à Bécancour et Sainte-Eulalie se mettra en branle avant la fin du présent mandat de son gouvernement.

Flanqué de son adjoint parlementaire et député de Nicolet–Bécancour, Donald Martel, le chef de la Coalition avenir Québec a confirmé que la première pelletée de terre du très attendu, et revendiqué, projet se fera d’ici aux prochaines élections provinciales, prévues dans un peu plus de deux ans, soit en octobre 2022.

«Il est temps que ça se fasse!», a-t-il déclaré lors d’un point de presse qui se tenait à l’Auberge Godefroy, où il s’était entretenu précédemment avec plusieurs maires de municipalités du Centre-du-Québec.

Le premier ministre a expliqué que le projet de loi qui sera déposé cet automne, en remplacement le défunt projet de loi 61, permettra d’accélérer les délais pour obtenir les autorisations, notamment environnementales, afin de mettre en branle des projets d’infrastructure comme celui qui est réclamé par les décideurs et de nombreux intervenants centricois depuis un bon moment déjà.

«Il semblait y avoir un grand consensus chez les maires et les préfets que les délais pour autoriser les projets sont beaucoup trop longs. Je pense qu’on a une responsabilité [d’améliorer ça]. On va garder les mêmes exigences, mais on veut réduire les délais. Ce n’est pas normal que ça doive prendre trois ou quatre ans avant qu’on puisse commencer les travaux», a-t-il poursuivi.

Le député Donald Martel était évidemment très heureux d’entendre son chef s’engager de la sorte. «Je pense que vous ne me croyiez pas quand je disais qu’on allait le faire avant [les prochaines élections]. Ça vous prenait le premier ministre et il l’a confirmé. Ça fait longtemps qu’on en parle. Les sceptiques seront confondus», a-t-il lancé à la blague.

Rappelons qu’on apprenait, en juin dernier, que le doublement de ce tronçon de l’autoroute 55 se retrouvait sur la liste des projets d’infrastructure qui devaient être accélérés, en vertu du défunt projet de loi 61, par Québec pour relancer l’économie de la province à la suite mise sur pause printanière rendue nécessaire par la pandémie.

Internet haute vitesse

Tout comme pour le doublement de l’autoroute 55, le premier ministre Legault s’est engagé à ce que l’ensemble du territoire du Centre-du-Québec, comme tout le Québec, soit desservi par des services d’Internet haute vitesse et de téléphonie cellulaire d’ici à octobre 2022. Il semble d’ailleurs que ce sujet a été longuement abordé lors de la rencontre avec les élus régionaux.

«Ce que j’ai décidé de faire, c’est d’arrêter d’attendre le gouvernement fédéral. Pierre Fitzgibbon, le ministre de l’Économie, a commencé à approcher les entreprises de télécommunication. […] J’ai voulu rassurer les maires que ça allait être réglé d’ici deux ans avec des entreprises privées», a-t-il indiqué avant d’ajouter qu’il espérait que ça se fasse plus rapidement.

Une belle écoute

La rencontre à laquelle le premier ministre a participé avec les maires de la circonscription Nicolet-Bécancour semble avoir été un exercice apprécié. «M. Legault a dressé l’état de la situation. Il a également pris la peine de faire un tour de table et d’écouter chacune des préoccupations des maires dans un objectif de relance économique. Il a fait preuve d’une très bonne écoute, a pris des notes et a donné des pistes d’avancement. Je suis très content de cette rencontre-là», a rapporté Donald Martel.

En conclusion de sa visite, le premier ministre s’est rendu au supermarché Métro Plus du secteur Saint-Grégoire afin de s’y procurer des produits locaux.