Diane Borgia, lorsqu'elle a porté plainte à la Sûreté du Québec.
Diane Borgia, lorsqu'elle a porté plainte à la Sûreté du Québec.

Dossier Tag.Média : Shawinigan défend son intégrité

Guy Veillette
Guy Veillette
Le Nouvelliste
La Ville de Shawinigan assure qu’elle possède l’inventaire complet des biens appartenant autrefois à l’entreprise Tag.média qui n’ont toujours pas été vendus.

Dans un communiqué publié en fin de journée jeudi, elle indique que «le résiduel des actifs de Tag.média est toujours la propriété de la Ville». François St-Onge, directeur des communications, n’a pas voulu préciser où ces articles étaient entreposés ou s’ils avaient été prêtés à des tiers.

«On n’émettra aucun commentaire autre que ce qui est écrit dans le communiqué», indique-t-il.

Mercredi matin, Diane Borgia, porte-parole du regroupement Shawinigan citoyens avertis, s’est présentée au poste de la Sûreté du Québec pour déposer une plainte de vol de biens publics. Rappelons que la Ville avait récupéré pour une valeur de 12 000 $ en biens à la suite de la cessation des activités de Tag.média, en décembre 2015. Jusqu’ici, environ 4000 $ de ces actifs ont été vendus. 

Mme Borgia se demande ce qu’il advient des biens restants, d’une valeur d’environ 8000 $. Le 27 septembre, la Ville lui avait répondu par écrit que «nous ne détenons pas de document qui précise le lieu d’entreposage de ces biens». Dans son dernier communiqué, elle assure toutefois qu’elle en est toujours propriétaire, sans plus de précision.

«La Ville de Shawinigan rejette vigoureusement les allégations de vol de biens publics lancées par madame Diane Borgia à propos de la liquidation des actifs de l’entreprise Tag.média», indique-t-elle.

Compte tenu du remboursement de la caution de 11 500 $ de l’homme d’affaires Marcel Ayotte, des engagements pris par Yves-François Blanchet pour rembourser sa part d’ici 2020 et des actifs vendus jusqu’à maintenant, la Ville de Shawinigan calcule qu’elle est déjà assurée de récupérer un montant net de 27 272 $, ce qui représente 78 % du 35 000 $ accordé à Tag.média via le Fonds local d’investissement, à l’été 2015.

L’identité de la personne ou de l’entreprise qui a procédé à l’évaluation des biens, qui leur attribuait cette valeur de 12 000 $, constitue une autre interrogation dans ce dossier. Ce montant complétait parfaitement le cautionnement de 23 000 $ signé par les deux actionnaires le 1er décembre 2015, quelques heures avant la fin des activités de Tag.média. En principe, la vente des biens devrait donc couvrir le solde du prêt. M. St-Onge n’a pas voulu dire qui avait procédé à cette évaluation.

«La Ville de Shawinigan verra à s’opposer vigoureusement à tous propos calomnieux ou toutes allégations qui pourraient discréditer ou porter atteinte à sa réputation ou celle de ses administrateurs», prévient le communiqué de presse.

Tag.média, une plateforme d’information numérique, avait été lancée en grande pompe le 25 août 2015. Le 2 décembre de la même année, l’entreprise cessait ses activités.