Le président de l'Association des policiers-pompiers de la Ville de Trois-Rivières, Louis Lesage.

Dossier Jason Dubé: la saga continue

Le dossier de l'agent Jason Dubé a connu un nouveau rebondissement qui contribuera certainement à détériorer les relations, déjà tendues, entre la direction de la Sécurité publique de Trois-Rivières et l'Association des policiers pompiers de Trois-Rivières.
Mardi, la Commission de santé et sécurité au travail (CSST) a en effet déclaré le policier apte à retourner au travail après avoir consulté l'évaluation médicale des experts. Or, la Ville de Trois-Rivières a décidé de contester cette décision et réclame une contre-expertise.
«Ça ressemble pas mal à de l'acharnement, a commenté au Nouvelliste le président de l'APPTR, Louis Lesage. La Ville disait qu'elle comptait se rallier à la décision de la CSST. Et là, soudainement, il faut croire qu'ils ont eu une réponse qui ne semble pas faire leur affaire puisqu'ils la contestent. Je suis étonné et choqué de cette réaction-là. Je ne m'attendais pas à ça du tout.»
D'ici à ce que la contre-expertise réclamée par la Ville soit entendue, l'agent Jason Dubé sera réintégré au sein du corps policier dans le cadre de mesures administratives. À compter d'aujourd'hui, il ne recevra donc plus d'indemnité de la CSST et sera plutôt rémunéré par l'administration municipale. Rappelons que M. Dubé avait été blessé lors d'une intervention policière en 2010. Le syndicat demandait à ce qu'il soit affecté à de nouvelles tâches tandis que l'employeur souhaitait mettre fin à son lien d'emploi, plaidant que l'employé n'était pas en mesure de remplir une autre tâche. C'est alors que son dossier s'est retrouvé devant la CSST qui a finalement tranché, mardi.
Du côté de la Ville de Trois-Rivières, on indique simplement vouloir vérifier la validité de la décision rendue par la CSST. «Les derniers rapports que nous avions de nos médecins indiquaient qu'il n'était pas apte à reprendre le travail. Nous voulons donc s'assurer que la décision sera la bonne», a
mentionné le porte-parole, Yvan Toutant.
Néanmoins, le président de l'APPTR se questionne sur les motivations de l'employeur puisque déjà deux spécialistes - le médecin de l'agent concerné ainsi que celui de la CSST - ont confirmé que Jason Dubé était bel et bien apte à retourner travailler. «Je m'attendais à tourner la page avec la décision de la CSST, mais la Ville préfère avoir l'opinion d'un troisième spécialiste», a déploré M. Lesage.
En réaction à la décision de la Ville, l'APPTR compte poursuivre les moyens de pression qui étaient déjà en vigueur. Au cours des derniers mois, les policiers ont notamment utilisé l'expression «centrale à Gobeil, en référence au directeur de la SPTR, Francis Gobeil, pour communiquer entre eux. De plus, ils portent un brassard sur lequel il est inscrit: blessure = congédiement.
Il faudra patienter jusqu'au 22 avril pour connaître le prochain chapitre de la saga de l'agent Jason Dubé alors que la Ville présentera sa contre-expertise.