Le directeur du domaine Tavibois, Martin Lavallée.

Domaine Tavibois: tourné vers l’avenir... en s’inspirant du passé

HÉROUXVILLE — Même s’il est écrit «domaine privé» sur la pancarte à l’entrée, le domaine Tavibois d’Hérouxville est ouvert à tout le monde!

C’est avec cette affirmation en tête que les dirigeants de l’endroit se sont lancé le défi d’y donner une touche de modernité, tout en gardant à l’esprit l’histoire de ce lieu qui a été longtemps consacré à la prière et au ressourcement personnel.

Son directeur, Martin Lavallée, explique que la culture et les arts ont longtemps fait partie de l’univers de Tavibois. Il raconte que le fondateur de l’endroit, Mgr Albert Tessier, y invitait fréquemment des artistes pour qu’ils viennent y créer. Plusieurs des chalets ont d’ailleurs été construits spécialement afin d’accueillir des visiteurs en soif d’inspiration.

Le directeur a donc concocté une programmation de prestations artistiques diverses qui seront dévoilées sous peu et qui animeront le site tout au long de la saison estivale. «Les Filles de Jésus ont été ici pendant 50 ans et elles ont profité de l’endroit pour leurs œuvres. Mais je veux également ramener ce que Mgr Albert Tessier faisait avant. Il accueillait des communautés religieuses pour leurs vacances, mais aussi des artistes. Jordi Bonet a entre autres peint ses premières toiles dans la chapelle. Pierre Bourgault est également venu réfléchir ici. C’était donc également un lieu de discussion. C’est ça que je veux ramener. Je veux faire rimer nature et culture. C’est ça mon but», raconte le directeur.

De plus, des pourparlers sont présentement en cours avec la Bibliothèque nationale pour rapatrier les 70 documentaires réalisés par Mgr Tessier afin de les présenter dans la chapelle.

«Nous avons obtenu une subvention du fonds de développement du territoire par l’entremise de la MRC de Mékinac qui nous permettra d’acheter du matériel de sonorisation et de projection afin de pouvoir les présenter», poursuit M. Lavallée. Il précise qu’un des documentaires traite justement de la fondation de Tavibois.

En plus de ce nouveau volet culturel, Tavibois continuera d’être un lieu paisible destiné à ceux voulant faire une pause. Afin de rendre leur séjour encore plus agréable, quelques améliorations ont été apportées aux chalets et aux installations. Il est possible d’ailleurs de réserver un séjour en se rendant sur le site tavibois.com.

Avec une superficie de cinq millions de pieds carrés, le domaine est propice à la pratique d’activités de plein air. Il est notamment possible d’y louer des embarcations et de faire de la randonnée dans les sentiers aménagés à cet effet.

Construit au cœur de la forêt d’Hérouxville par Mgr Albert Tessier et deux partenaires dans les années 50, Tavibois a été légué à la congrégation des Filles de Jésus dans les années 60 pour la somme symbolique d’un dollar. Ce domaine comprenant près de trente bâtiments a été acquis par la Corporation de développement d’Hérouxville il y a maintenant deux ans. Son nom vient des premiers copropriétaires qui ont défriché et aménagé le site, soit «t» pour Tessier (Mgr Albert), «avi» pour Avila (Dr Denoncourt) et «bois» pour Boivin (L’abbé Paul).