À l’avant, Marie-Line Sauvé IDÉ Trois-Rivières, Denis Roy, conseiller municipal. À l’arrière, quelques-uns des entrepreneurs soutenus: François Bernier et Joëlle Carle, cofondateurs de la Brouette, Jean-François Hardy, vice-président du Club de soccer de Trois-Rivières et Alex Dorval de la microbrasserie Le Temps d’une pinte.

Dix projets soutenus

Trois-Rivières — Le Groupe RCM n’est pas le seul à avoir reçu, jeudi, un soutien financier de la part du Fonds de développement des territoires dans le cadre du volet Projets structurants.

IDÉ Trois-Rivières a dévoilé, jeudi, le nom de neuf autres entreprises de la ville qui se partageront un soutien totalisant 148 000 $.

Pour Le Temps d’une pinte, microbrasserie, torréfacteur et bistro, cette aide servira au développement de points de vente corporatifs et de points de distribution de canettes.

Le CPE Jean-Noël-Lapin ouvrira pour sa part de nouvelles installations pouvant accueillir 80 enfants. Le Musée POP prépare une exposition pour les enfants de 4 à 11 ans dont les détails seront dévoilés plus tard.

Le Club de soccer de Trois-Rivières veut pour sa part favoriser l’intégration des immigrants dans la communauté trifluvienne grâce à des efforts de recrutement, un service de covoiturage et une contribution aux frais financiers.

Chez SIT Mauricie, on offrira des services adaptés aux itinérants et aux personnes ayant des problèmes de santé mentale afin de développer leurs compétences socioprofessionnelles et leur employabilité.

Du côté de la Démarche des premiers quartiers, des activités seront organisées pour les citoyens de zones dévitalisées du territoire de la ville de Trois-Rivières.

L’organisme Grands Frères Grandes Sœurs de Trois-Rivières prépare des jumelages plus nombreux entre des élèves du primaire et des élèves de 4e et 5e secondaire via le programme Grands Amis qui est lui aussi financé par le FDT.

L’organisme La Brouette utilisera le soutien financier pour le développement de l’agriculture urbaine et de l’écocitoyenneté en Mauricie.

Le financement reçu servira au développement et à la création de matériel pédagogique et d’outils de communication.

Du côté du Centre des femmes de la Mauricie, on entend mettre sur pied des activités d’éducation populaire et de sensibilisation par et pour les femmes de la diversité, notamment chez les autochtones.