Projet Bécancour prend le relais d’IFFCO afin de mettre sur pied une usine d’urée et de méthanol dans le parc industriel de Bécancour.

Dix événements marquants de 2018 sur la rive sud

1 ABI

Employeur majeur et contribuable important à la Ville de Bécancour, l’Aluminerie de Bécancour a tourné au ralenti en 2018 en raison d’un lock-out déclenché le 11 janvier dernier, après le rejet des offres patronales par la majorité des 1030 travailleurs syndiqués. Une seule série de cuves sur trois aura été en opération grâce à l’intervention des cadres et même que la moitié de celle-ci a été fermée en fin d’année. Ce conflit de travail a aussi eu des impacts chez les sous-traitants. Le milieu se croise les doigts pour un règlement en 2019 alors que l’année se termine dans une impasse.

2 IFFCO 2.0

Après avoir été mis sur la glace plus d’une fois, le projet d’usine d’urée d’IFFCO Canada a refait surface sous une nouvelle forme, en y ajoutant le méthanol. Maintenant appelé ProjetBécancour.ag., les promoteurs veulent construire une usine intégrée de production d’urée et de méthanol dans le parc industriel de Bécancour. Les résultats préliminaires de l’étude d’impact environnemental se veulent rassurants pour la concrétisation de ce projet évalué à 1,3 milliard de dollars. Jusqu’à 840 emplois seront créés pendant la construction et environ 200 personnes seront en poste lorsque l’usine ouvrira ses portes à la fin de 2022.

3 Flora Agritech

L’entreprise Flora Agritech s’est installée à Bécancour, tout près des bureaux de la Société du parc industriel et portuaire. Il s’agit d’un projet de serre de cannabis à usage médical. Comprenant quatre phases, ce projet créera à terme une centaine d’emplois dans la région. À elle seule, la première phase permettra de créer 30 à 50 emplois permanents. L’entreprise a acquis une option d’achat sur un terrain de 1 800 000 pieds carrés et commencera le projet avec une première phase de 250 000 pieds carrés, représentant un investissement de 40 millions $.

4 Complexe équestre Bécancour

Sur une partie du terrain de golf de Gentilly, le Complexe équestre Bécancour a fait son apparition alors que 70 % des travaux de construction auront été complétés en 2018. Il s’agit d’un investissement de plus de 11 millions de dollars. L’un des deux manèges intérieurs est terminé alors que la structure du second sera érigée à la mi-janvier. Les trois écuries et le fonds de terrain des divers manèges extérieurs ont été réalisés en décembre et l’aménagement extérieur sera réalisé au printemps. Unique au Québec, le Complexe équestre Bécancour se veut le site de compétitions équestres multidisciplinaires le plus complet tant pour les disciplines westerns que classiques.

Un complexe équestre verra le jour dans le secteur Gentilly à Bécancour et déjà 21 événements devraient y être présentés en 2019.

5 Luc Labrecque

En plein cœur de la période estivale et huit mois seulement après son élection, le conseiller municipal à Nicolet, Luc Labrecque, a remis sa démission au siège numéro 3. Celui qui avait préalablement occupé le poste de directeur des services à la communauté de la Ville durant plus de 28 ans disait ne pas avoir vraiment su trouver sa place au sein du conseil municipal. Lors de l’élection partielle qui aura attiré pas moins de sept candidats, dont cinq femmes, c’est Chantal McMahon qui en est sortie gagnante avec plus de 36 % des voix.

6 Parc industriel et portuaire de Bécancour

Un an après la mise au jour de terres contaminées à Bécancour, les maisons environnantes auront été achetées par la Société du parc industriel et portuaire et le ministère de l’Environnement cherche toujours une solution permanente et définitive pour restaurer l’endroit et faire cesser les rejets de contaminants autour du site. Les quatre maisons en question pourraient bien disparaître en fumée en 2019. C’est que le nouveau propriétaire a offert à la Ville de s’en servir pour des exercices de feu, à l’intention du Service de sécurité incendie. Par ailleurs, la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour a fêté ses 50 ans en 2018.

Un an après la mise au jour de terres contaminées à Bécancour, les maisons environnantes ont été achetées par la Société du parc industriel et portuaire et le ministère de l’Environnement cherche toujours une solution permanente et définitive pour restaurer l’endroit et faire cesser les rejets de contaminants autour du site.

7 Nouvelle image du CLD de la MRC de Bécancour

Le CLD de la MRC de Bécancour a dévoilé la signification de la formule E = + projetée sur un panneau publicitaire installé aux abords de l’autoroute 55, en direction de Saint-Grégoire. Il s’agit de la toute nouvelle image de marque de l’organisme: en+reprendre MRC BÉCANCOUR. Ce concept poursuit l’objectif d’affirmer l’identité et le leadership du CLD au sein de la communauté d’affaires. «Que l’entrepreneur en soit à l’étape de son idée d’affaires, de son démarrage, de son développement ou d’une acquisition-relève «en+reprendre MRC Bécancour» constitue la porte d’entrée donnant accès à différents services d’accompagnement adapté à sa réalité», avait expliqué le directeur général, Daniel Béliveau.

8 Immigraction Nicolet-Yamaska

Un nouveau service a vu le jour sur la rive sud pour attirer, accueillir et intégrer les personnes immigrantes, soit Immigraction Nicolet-Yamaska, et ce, grâce à la collaboration du Carrefour jeunesse-emploi comté Nicolet-Bécancour et de la MRC de Nicolet-Yamaska. Avec l’appui des entreprises et des municipalités, le projet contribuera, par les interventions et les activités qui en découleront, à développer le caractère attractif et accueillant des milieux de vie ainsi qu’à combler des besoins de main-d’œuvre, notamment dans le secteur manufacturier.

9 Fermeture de l’épicerie Lafond

À défaut de pouvoir trouver un acheteur, l’épicerie Lafond de Nicolet a fermé ses portes, et ce, après 65 ans d’existence. Démarré par la grand-maman, «qui vendait des bonbons à un sou dans le salon», le commerce était à vendre depuis janvier dernier. Auparavant, le copropriétaire Étienne Lafond avait fait partie d’un groupe de commerçants qui plaidaient pour la revitalisation du centre-ville de Nicolet.

Paul et Étienne Lafond, proprios de l’épicerie Lafond à Nicolet, se sont résignés à mettre la clé dans la porte de ce commerce mis sur pied par leur grand-mère il y a 65 ans.

10 René Bérubé

Le président de la Fondation Jean-Pierre-Despins, René Bérubé, a été fort actif à plusieurs titres en 2018. En plus de poursuivre ses efforts pour tenter de convaincre de futurs médecins de choisir la GMF Saint-Léonard-d’Aston, ce philanthrope bien connu, qui avait créé le Fonds Yves Bourque, est derrière la mise sur pied cette année du Fonds Jean-Philippe Parr. Et il a même été l’instigateur d’une mobilisation pour réclamer que le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, soit nommé ministre dans le nouveau gouvernement Legault.

René Bérubé, figure incontournable du Centre-du-Québec, a poursuivi son implication dans les diverses causes qui lui tiennent à cœur, que ce soit pour la Fondation Jean-Pierre-Despins ou la mise sur pied du Fonds Jean-Philippe Parr, ce jeune golfeur qui se distingue par son jeu un peu partout sur la planète.