Jean Lamarche
Jean Lamarche

Dix événements marquants à Trois-Rivières

Au terme d’une élection partielle à la mairie de Trois-Rivières, Jean Lamarche devient le deuxième maire de la nouvelle grande ville de Trois-Rivières le 5 mai. Jean Lamarche l’emporte avec une majorité absolue de 54,9 %, devançant ses adversaires Jean-François Aubin (33,5 %), Éric Lord (10,9 %) et Pierre-Benoît Fortin (0,9 %). L’élection a été déclenchée à la suite de la démission de l’ancien maire Yves Lévesque, le 26 décembre 2018.

Élection de Jean Lamarche

Yves Lévesque

Retour au fédéral d’Yves Lévesque

Après quelques mois loin de la scène publique, Yves Lévesque sort de son mutisme et annonce son retour en politique, cette fois au niveau fédéral. L’ancien maire devient candidat pour le Parti conservateur dans Trois-Rivières, mais il terminera troisième au terme du scrutin du 21 octobre, devancé par la bloquiste Louise Charbonneau et la libérale Valérie Renaud-Martin. M. Lévesque n’a toutefois pas encore écarté un retour en politique, toujours intéressé par une candidature chez les conservateurs aux prochaines élections fédérales.

Deux plans de développement

La Ville de Trois-Rivières annonce deux importants plans de développement, qui guideront plusieurs décisions et investissements à venir au cours des prochaines années. Le plan de revitalisation du Bas-du-Cap propose de nombreuses mesures pour le développement de ce secteur en manque d’amour. Par ailleurs, le plan directeur pour le développement de l’île Saint-Quentin promet beaucoup pour le futur de ce parc municipal, qui sera fermé tout l’hiver pour le début des travaux de réfection d’aqueduc et d’égout.

«Criminel climatique»

«Vous êtes un criminel climatique.» La conseillère municipale Mariannick Mercure invective le candidat conservateur et ancien maire de Trois-Rivières Yves Lévesque lors de la grande marche pour le climat du 27 septembre dernier. La séquence, filmée par son collègue Denis Roy, est diffusée sur les réseaux sociaux et lui vaut autant d’encouragements que d’insultes. Les deux conseillers municipaux seront rappelés à l’ordre dans une lettre ouverte du maire Jean Lamarche publiée quelques jours plus tard dans Le Nouvelliste, mais la conseillère persiste et signe, en se disant davantage militante que politicienne.

Colisée et Talbot

Pendant que les travaux avancent rondement sur le site du nouveau colisée du District 55, on annonce la démolition de l’aréna Jean-Guy-Talbot, ce qui ne sera pas sans causer une grande frustration pour les utilisateurs de cet équipement et les résidents du secteur est de la ville. Or, l’état de vétusté de l’édifice ne laisse pas le choix aux autorités municipales. Par ailleurs, la fin de l’année est marquée par un important débat entourant l’occupation du nouveau colisée. La réponse sera connue en 2020.

STTR

En juillet, la Société de transport de Trois-Rivières transforme son réseau en apportant d’importantes modifications aux horaires et aux trajets, afin de se concentrer davantage vers le carrefour du savoir et desservir des quartiers résidentiels qui se sont développés depuis plusieurs années. Les changements soulèvent toutefois un énorme mécontentement chez les usagers, et la STTR se promet de réajuster le tir, mais pas suffisamment rapidement aux yeux de certains. Le conseil municipal octroie un financement supplémentaire de 1,7 M$ au budget pour améliorer le service en 2020.

Aigles et GP3R

Deux demandes d’aide financière divisent le conseil municipal. Les Aigles de Trois-Rivières demandent une aide d’urgence pour assurer leur survie, mais la majorité du conseil choisit de reporter la décision au budget afin de prendre une décision plus éclairée. L’aide totale de 125 000 $ leur sera finalement accordée en décembre. Puis, le Grand Prix de Trois-Rivières demande 100 000 $ supplémentaire pour l’organisation d’activités familiales dans le cadre du Rallycross hivernal. La majorité du conseil refuse, souhaitant être cohérent avec leur position adoptée sur l’urgence climatique et la rigueur budgétaire. Le Rallycross n’aura finalement pas lieu, mais en raison de l’abandon de la série partout sur le continent.

Développement vieilles forges

Le développement domiciliaire prévu sur le site du club de golf des Vieilles-Forges est loin de ne faire que des heureux. Plusieurs citoyens de la rue avoisinante se mobilisent afin de faire valoir leurs droits quant à une parcelle de terrain dont ils seraient propriétaires. Ils craignent en outre les inconvénients de ce développement majeur de plus de 400 portes sur la quiétude du secteur et surtout la pression mise sur le réseau routier à cette hauteur. Une première rue est déjà desservie par les services municipaux en 2019 sur ce développement.

Consultations Vision zéro et Forges

Deux consultations publiques retiennent fortement l’attention en 2019. D’abord en février, les consultations tenues sur le projet «Vision zéro» attirent les foules, sans toutefois réussir à convaincre les opposants à certains aspects de cette philosophie de sécurité routière du bien-fondé de son adoption. L’appellation «Vision zéro» sera graduellement abandonnée par le conseil après l’élection de Jean Lamarche, pour davantage parler d’«approche systémique». À l’été, de nombreux citoyens prennent également part aux consultations sur l’avenir du site des Forges du Saint-Maurice, dont le résultat pourrait commencer à se faire sentir en 2020.

Piscine

Avec la fermeture prolongée de la piscine du CAPS de l’UQTR, le manque d’heures de disponibilité pour les nageurs commence à se faire sentir à Trois-Rivières. Une pétition de plus de 3500 noms est également déposée au conseil municipal, afin de réclamer la construction d’une piscine municipale intérieure pour combler les besoins. Le conseil demande toutefois à ce qu’on lui fasse la démonstration de ce besoin, car les études commandées démontrent plutôt que la disponibilité est suffisante, selon la Ville. Des projets privés font parler d’eux dans l’actualité, mais rien n’a encore été confirmé.