Le candidat du district de La-Vérendrye, Jimmy Boisvert, ne distribuera pas de bonbons mardi, au parc Sainte-Marguerite.

District de La-Vérendrye: obligé d’annuler la fête d’Halloween

Trois-Rivières — Le candidat au poste de conseiller municipal du district de La-Vérendrye à Trois-Rivières, Jimmy Boisvert, a annoncé lundi matin qu’il n’avait d’autre choix que d’annuler la fête d’Halloween qu’il organisait en collaboration avec l’Association récréative Sainte-Marguerite.

À la suite d’une plainte logée par un citoyen, le candidat a été sommé par le Directeur général des élections du Québec de se dissocier de la fête d’Halloween qu’il organisait mardi soir au parc Sainte-Marguerite. Le DGEQ exigeait en outre que soient comptabilisés, dans le rapport de dépenses électorales de Jimmy Boisvert, tous les frais relatifs à la promotion de cette activité récréative faite en association avec le candidat.

Or, c’est justement cette exigence qui fait que Jimmy Boisvert n’est plus aujourd’hui en mesure de tenir la fête. 

«Nous avions réussi à trouver plusieurs commanditaires. Les bonbons, les jeux gonflables et même des billets à faire tirer, tout avait été commandité, ça ne sortait pas de ma poche. Mais avec cette exigence, on aurait complètement dépassé nos limites de dépenses électorales. Juste avec la fête d’Halloween, je dépassais le montant que j’ai le droit de dépenser», constate-t-il.

Dans un courriel envoyé par le DGEQ à la suite d’une plainte logée par un citoyen et dont Le Nouvelliste a obtenu copie, le DGEQ considère que l’organisation de la fête «comportait effectivement de graves lacunes quant au respect des principes touchant au financement d’une campagne électorale», peut-on lire.

Jimmy Boisvert se dit aujourd’hui peiné pour les enfants du secteur, qui seront privés de la fête, et ce, en raison de plaintes logées par des personnes qu’il soupçonne liées à ses adversaires dans la course électorale pour le district de La-Vérendrye à Trois-Rivières. 

«C’est bien dommage parce que tout le monde fait des promesses et moi, je passais à l’action. J’ai eu une bonne idée, je l’ai mise en application, et ce sont les enfants qui seront pénalisés», constate celui qui, élu ou non, a bien l’intention d’organiser une fête d’Halloween dans le district en 2018.

L’Association récréative Sainte-Marguerite a indiqué dans un communiqué qu’elle présentait ses excuses aux enfants et aux familles déçus par la tournure des événements. 

«Comme nous ne pouvons et ne voulons être impliqués dans la campagne électorale et, qu’en lien avec les conditions émises, nous ne pouvons réaliser cette activité sans y être impliqués, nous nous voyons dans l’obligation d’annuler notre fête familiale d’Halloween pour l’année 2017», indique le président André Beauchesne, rappelant que l’association continuera de s’impliquer dans le futur pour organiser d’autres activités, dont le Carnaval d’hiver prévu les 20 et 21 janvier.

Adversaires

Appelés à réagir à cette nouvelle, les adversaires de Jimmy Boisvert dans le district de La-Vérendrye se sont dissociés de la plainte logée contre son organisation, mais estiment qu’il se devait de respecter les règles édictées par le DGEQ. 

«Je n’ai rien à voir avec cette plainte, j’ai appris l’existence de l’activité par un journaliste qui m’a contacté la semaine dernière. L’Association peut bien s’afficher avec qui elle veut. Pour ma part, j’avais bien l’intention de m’y rendre pour saluer les citoyens», indique le candidat Pierre-A. Dupont.

Dany Carpentier s’est également dissocié de cette plainte. 

«Par contre, je trouve important que les candidats fassent campagne avec des moyens égaux. C’est essentiel pour la démocratie, ces règles-là», indique-t-il, trouvant dommage que par omission de vérifier les règles en vigueur, Jimmy Boisvert ait créé des attentes pour les citoyens et surtout pour les enfants. 

«Lorsque nous avons posé notre candidature, nous avons tous été rencontrés par la présidente d’élection. Nous sommes tous au fait des mêmes règles et nul ne peut ignorer la loi. J’ai déjà réalisé des projets pour notre communauté en dehors des campagnes électorales, juste parce que je désirais m’impliquer. C’est un peu tard, en pleine campagne électorale pour un candidat, pour se décider à organiser des activités pour la communauté. Mais il ne sera pas trop tard l’an prochain pour tenir la fête, si M. Boisvert souhaite vraiment s’impliquer dans la communauté», indique M. Carpentier.

Notre appel au candidat Alain Martel n’a pas été retourné.