Dans l'ordre habituel, on retrouve Marie-Hélène Laliberté Rock, de La Carotte joyeuse, Mgr André Gazaille, évêque de Nicolet, et Micheline St-Arneault, présidente du conseil diocésain.

Diocèse de Nicolet: un 50e Carême de partage

Le 50e Carême de partage de Développement et paix bat son plein jusqu'à Pâques sous le thème Les femmes au coeur du changement. Et pour la campagne 2017, l'équipe diocésaine de Nicolet s'est associée à des organismes locaux où les femmes occupent une place prépondérante pour lancer son invitation à donner généreusement.
«Le fait que les femmes sont au coeur du changement, c'est une réalité universelle. Partout où l'on soutient l'action des femmes, on soutient l'amélioration du sort des communautés. On le voit dans des organismes, on le voit dans nos paroisses et c'est tout aussi évident dans les collectivités des pays du Sud qui prennent leur développement en mains», a déclaré l'évêque de Nicolet, Mgr André Gazaille, lors du point de presse organisé dans les locaux de l'entreprise d'économie sociale, la Carotte Joyeuse, à Nicolet.
Le week-end du 1er et 2 avril prochain, soit le cinquième dimanche du Carême, les paroisses du diocèse de Nicolet tiendront une collecte spéciale durant la messe dominicale. À cette occasion, des membres de Développement et Paix iront témoigner aux paroissiens de l'importance de leur solidarité en faveur d'une plus grande justice dans le monde.
À ce titre, la présidente du conseil diocésain, Micheline St-Arneault, fera sa part puisqu'elle a eu la chance de rencontrer des groupes de femmes qui s'engagent avec l'appui de Développement et Paix, sur le terrain, lors de son voyage de solidarité au Cambodge en juin dernier.
Grâce à l'appui de ses 8000 membres à la grandeur du Canada, Développement et Paix compte recueillir huit millions de dollars auprès de la population canadienne, durant le Carême de partage qui a débuté officiellement le 1er mars dernier, soit le mercredi des Cendres. Cette somme servira à poursuivre le travail de solidarité et de justice sociale que l'organisme mène auprès d'une centaine de partenaires locaux, en Afrique, en Amérique latine, en Asie et au Moyen-Orient.
Le Carême de partage permet également de financer les programmes de sensibilisation et d'éducation de Développement et Paix à travers le pays. Il s'agit de la principale source de financement de l'organisme.
Fondé par les évêques catholiques du Canada, Développement et Paix est un mouvement démocratique dont le succès repose sur la mobilisation de ses membres. «Nous nous nourrissons de l'engagement de milliers de Canadiens déterminés à appuyer les pauvres dans leur lutte pour la justice dans les pays du Sud. Nous puisons notre force chez nos 8000 membres au Canada», renchérit Mme St-Arneault, qui compte des années de bénévolat au sein de cette organisation.
Le travail du mouvement est supervisé par un conseil national composé de 21 membres bénévoles, un conseil dont le président actuel est Jean-Denis Lampron, de Drummondville.