Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, et la directrice exécutive et curatrice de projets, Nathalie Lévesque, de la Boîte interculturelle.
Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, et la directrice exécutive et curatrice de projets, Nathalie Lévesque, de la Boîte interculturelle.

Dévoilement de la programmation du projet Mamu Ensemble Together

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — La directrice exécutive et curatrice de projets Nathalie Lévesque, de la Boîte interculturelle, convie la population du Québec à découvrir le projet d’échanges interculturels Mamu Ensemble Together. Avec près d’une dizaine d’activités échelonnées sur 16 jours entre le 10 et 24 mars 2020, entre Mani-utenam près de Sept-Îles et la Mauricie, les citoyens auront des occasions uniques d’interagir avec des musiciens sous le thème du multiculturalisme et la lutte contre le racisme.

Ce rendez-vous réunira trois artistes uniques, soit Shauit, auteur-compositeur-interprète innu originaire de Mani-utenam dans le nord-est du Québec, Salif Sanou (Lasso), artiste-chanteur et multi-instrumentiste du Burkina Faso et Saulo Olmedo Evans, percussionniste et multi- instrumentiste, originaire du Panama. Les artistes seront dans la collectivité pour ouvrir le dialogue et la musique servira de fil conducteur pour favoriser les échanges.

Tout au cours du projet, les musiciens feront des rencontres en milieux scolaire et communautaire. Les musiciens autant que les citoyens auront l’occasion de partager leur vision et de s’exprimer sur les enjeux reliés au multiculturalisme. Une activité qui promet, dit-on, de susciter la curiosité est l’exercice des couvertures, animée par une aînée à Trois-Rivières. Cet atelier se veut un outil d’enseignement participatif unique permettant d’explorer l’expérience de dépossession vécue par les peuples autochtones.

Mamu Ensemble Together propose donc aux participants de toutes origines culturelles de vivre une expérience enrichissante. Parmi les autres activités, notons deux tables rondes, sous le thème La musique comme outil de dialogue, soit le dimanche 15 mars au Musée Shaputuan à Uashat, et l’autre le dimanche 22 mars 2020 à l’Espace Luc Laramée de Saint-Stanislas, incluant un concert.

«C’est par la musique que nous créons des ponts et des échanges riches entre les citoyens du monde», explique Nathalie Lévesque. Le milieu rural et les étudiants ont retenu son attention comme lieu propice pour ces échanges.

Rappelons que la mission de la Boîte interculturelle est de créer des ponts entre les communautés en offrant des conditions favorables de création, d’autonomisation et de dialogue. La Boîte interculturelle est un défenseur passionné de la richesse que le partage des expériences individuelles et collectives apporte. Ces actes nourrissent une meilleure compréhension et appréciation des similitudes et des différences entre les communautés, ce qui est la clé pour célébrer et promouvoir la diversité.

Mamu Ensemble Together est réalisé grâce à l’appui financier du gouvernement du Canada dans le cadre du Programme de soutien aux communautés, au multiculturalisme et à la lutte contre le racisme du ministère du Patrimoine canadien et en partenariat avec Innu Takuaikan Uashat Mak Mani-utenam, Pasa Musik et une quinzaine de partenaires.