«C’est mon domaine d’expertise. Je fais ça depuis le début de ma carrière. Je me sens bien et je suis hyper content qu’on m’ait attribué ces fonctions-là»– Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité.

Deux ministres en Mauricie

QUÉBEC — Ce n’est finalement pas un, mais deux ministres sur lesquels la région pourra compter au sein du gouvernement Legault. À l’occasion de l’assermentation des ministres à Québec jeudi après-midi, Sonia LeBel et Jean Boulet ont officiellement accédé au conseil des ministres.

Pressentie depuis le jour un de la formation du nouveau gouvernement, la députée de Champlain et candidate vedette de la Coalition avenir Québec, Sonia LeBel, obtient sans surprise le ministère de la Justice, elle qui s’était fait connaître du grand public comme procureure de la Commission Charbonneau.

Mme LeBel hérite également des titres de ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, ainsi que ministre responsable de la Condition féminine.

«Je sais que le travail va être immense. Ce n’est pas la première fois que j’ai beaucoup de travail à abattre. Je vais prendre le temps de consulter les gens en place et d’établir mes propres priorités. Mais je prends ça avec beaucoup d’humilité, beaucoup de fierté. On va travailler fort, mais on est là pour ça», indique Mme LeBel.

Pour sa part, le député de Trois-Rivières Jean Boulet, également avocat en droit du travail depuis de nombreuses années, a prêté serment à titre de ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, un nouveau ministère remodelé par ce gouvernement.

«C’est mon domaine d’expertise. Je fais ça depuis le début de ma carrière. Je me sens bien et je suis hyper content qu’on m’ait attribué ces fonctions-là», a lancé Jean Boulet en parlant de ses nouvelles responsabilités ministérielles.

Jean Boulet agira également à titre de ministre responsable de la région de la Mauricie, prenant la relève à ce titre de sa sœur, Julie Boulet.

«Je sais que le travail va être immense. Ce n’est pas la première fois que j’ai beaucoup de travail à abattre. Je vais prendre le temps de consulter les gens en place et d’établir mes propres priorités.»– Sonia LeBel, ministre de la Justice

Donald Martel

Grand perdant de cette assermentation, le député de Nicolet-Bécancour Donald Martel n’accède pas au conseil des ministres, lui qui est dans les rangs de la CAQ depuis le premier jour, et à qui l’on doit aussi le recrutement des candidats dans la région qui, rappelons-le, ont tous été élus le 1er octobre dernier.

Alors qu’on attendait peut-être une nomination à titre de whip en chef, Donald Martel a également échappé cette fonction au profit du député d’Arthabaska, Éric Lefebvre. Et c’est le député de Johnson, André Lamontagne, qui agira comme ministre responsable du Centre-du-Québec.

Le Nouvelliste a brièvement rencontré Donald Martel jeudi midi, alors qu’il assistait à l’assermentation des ministres. Bien que sa déception était perceptible, M. Martel a préféré n’accorder aucune entrevue jeudi.

Ses collègues ont, pour leur part, tous eu de bons mots pour lui, allant parfois jusqu’à manifester eux-mêmes de la déception de le voir écarté de toute fonction au conseil exécutif.

«Personnellement, je suis attristée pour lui. On lui doit beaucoup. Pour ma part, si je suis rendue là, c’est qu’il m’a choisie et qu’il a mis son sceau sur ma candidature. Je suis reconnaissante pour ce qu’il a fait et je suis attristée pour lui. Mais il doit y avoir quelque chose qui l’attend», indique la députée de Laviolette—Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif.

«Donald, au fil des années, est devenu un ami, un partenaire politique. C’est quelqu’un pour qui j’ai énormément d’estime et j’anticipe qu’on continue de travailler ensemble dans les prochaines années», ajoute Jean Boulet.

Sonia LeBel, pour sa part, a voulu se montrer rassurante et inclusive en promettant que Donald Martel occupera une place importante dans l’équipe régionale.

«Sur le plan humain et de l’amitié, je suis triste pour lui. Donald est un député extraordinaire, un être humain extraordinaire. C’est en très grande partie grâce à lui que l’équipe de la Mauricie est si forte. Alors il va être présent avec nous, on va le garder très près parce qu’on a besoin de lui, de son expérience, de sa connaissance des dossiers et il va avoir sa place. Et qu’il ne s’inquiète pas, il aura une voix forte également», note la députée de Champlain et ministre de la Justice.