Deux cas de COVID-19 ont été dépistés sur le chantier de la centrale Rapide-Blanc.
Deux cas de COVID-19 ont été dépistés sur le chantier de la centrale Rapide-Blanc.

Deux cas de COVID-19 à Rapide-Blanc

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Deux cas de COVID-19 ont été dépistés chez des sous-traitants qui effectuent des travaux à la centrale hydro-électrique de Rapide-Blanc, confirme Hydro-Québec.

Un travailleur d’une entreprise sous-traitante a commencé à ressentir des symptômes de COVID-19 lorsqu’il est retourné chez lui le week-end dernier. Il est allé subir un test et a avisé son employeur qu’il devait s’isoler le temps d’obtenir son résultat.

L’enquête de la Santé publique a indiqué, précise Francis Labbé des affaires publiques et médias à Hydro-Québec, que cinq personnes ont eu des contacts significatifs avec le travailleur en question. Il s’agissait de membres de son équipe de travail. D’autres employés d’Hydro-Québec ont aussi passé un test par mesures préventives. «Une douzaine de personnes ont passé un test», note M. Labbé. «Jusqu’à maintenant, nous avons reçu cinq résultats négatifs et deux résultats positifs.»

Par ailleurs, rien n’indique que les contaminations aient eu lieu sur le chantier de Rapide-Blanc, soutient la société d’État. De nombreuses mesures sanitaires sont en place afin d’éviter la propagation.

«Les activités respectent les consignes de la CNESST entourant les mesures d’hygiène et de sécurité sur les chantiers entourant la COVID-19», ajoute Francis Labbé.

«Pour éviter la congestion, maximiser la capacité d’accueil tout en respectant la distanciation, les travailleurs sont mobilisés en deux groupes en respect des équipes naturelles pour les heures de pause et de dîner.»