Desjardins à Leclerville et Sainte-Sophie-de-Lévrard: «Pas une bonne nouvelle»

BÉCANCOUR — L’annonce récente de la fermeture des centres de services Desjardins à Leclercville et Sainte-Sophie-de-Lévrard le 15 mars prochain a fait réagir les élus de la rive sud.

«Ce n’est pas une bonne nouvelle pour mes citoyens utilisateurs. Je suis conscient que les habitudes de consommation sont très différentes aujourd’hui et qu’elles évoluent avec la technologie, mais j’aurais souhaité que la municipalité puisse être impliquée dans le processus de réflexion avant d’être mis devant le fait accompli afin d’évaluer toutes les solutions possibles, considérant que la présence de Desjardins est un symbole majeur pour nos services de proximité dans notre localité», a fait savoir le maire de Sainte-Sophie-de-Lévrard, Jean-Guy Beaudet.

Les dirigeants de la Caisse Desjardins Gentilly-Lévrard-Rivière du Chêne avaient informé le conseil des maires de la MRC de Bécancour de cette réorganisation des services.

«Les dirigeants de la Caisse ont pris le temps de venir nous expliquer clairement les raisons de la décision de fermer le centre de services de Sainte-Sophie-de-Lévrard et de remplacer les guichets automatiques en fonction de l’utilisation. Le faible pourcentage des transactions faites au comptoir les ont amené à revoir leurs façons de faire», a rapporté le préfet Mario Lyonnais.

«Nous comprenons l’état de situation qu’ils vivent actuellement face à la concurrence et la technologie qui influencent les habitudes d’utilisation des membres pour effectuer des opérations financières. Toutefois, nous sommes satisfaits d’entendre que la Caisse mettra en place des mesures qui permettront d’accompagner adéquatement les personnes qui utilisent exclusivement les services afin de trouver une solution», renchérit-il.

Les maires passent à la caisse...

Lors de sa dernière séance régulière, le conseil des maires de la MRC de Bécancour a adopté un règlement relatif au traitement des élus municipaux. Résultat? Pour l’année 2019, les rémunérations sont majorées de 7,5 % pour tenir compte de l’imposabilité, par le gouvernement fédéral, de l’allocation de dépenses. Et toujours pour 2019, un ajustement au coût de la vie de 3 % est également appliqué.

Pour les années subséquentes, une majoration égale à l’indice des prix à la consommation sera appliquée. Dans la résolution, on prend soin de rappeler que le traitement des élus municipaux n’a été l’objet d’aucun ajustement au coût de la vie depuis 2007.

Concrètement, le salaire du préfet, Mario Lyonnais, passera donc de 9000 à 9966 dollars et celui du préfet suppléant, Jean-Guy Dubois, de 3000 à 3321 dollars.