Yvon Deshaies

Deshaies invité à la prudence

Louiseville — À l’aube de son deuxième mandat à la mairie de Louiseville, Yvon Deshaies s’engage à faire preuve d’un peu plus de réserve dans ses envolées oratoires.

Mais le coloré maire ne regrette absolument pas ce qu’il a dit au cours de son premier mandat. Et il en a dit des choses sur des sujets plutôt controversés.

Retour de la peine de mort, appui à Donald Trump, opposition au port du niqab, appui à la légalisation du cannabis, M. Deshaies a rempli quelques colonnes de journaux et du temps d’antenne à la télé et à la radio et a suscité des réactions sur les réseaux sociaux. Lundi, lors de la première séance du nouveau conseil, certains contribuables lui ont proposé de parler avec un peu plus de retenue lorsqu’il aborde certains sujets.

Le maire Deshaies a écouté sagement les citoyens et a démontré une ouverture quant à leur observation.

«Je vais garder mon franc-parler et je ne regrette rien. Je suis encore pour la peine de mort. Ma soeur s’est fait assassiner. Vous ne m’avez pas entendu parler même si j’ai vécu la situation», a raconté M. Deshaies, faisant allusion au décès de sa soeur Sylvie, passagère dans une voiture qui a fait une sortie de route mortelle en juillet, probablement en raison d’un geste volontaire de la part du conducteur, l’ex-conjoint de Mme Deshaies.

Le maire de Louiseville a admis volontiers que son ouverture à accueillir des entreprises de production de cannabis thérapeutique a fait jaser bien du monde, y compris des élus.

«Il y a deux ans, tout le monde a ri de moi. Mais aujourd’hui, l’usine est bâtie. Ce n’est pas méchant (les déclarations), ce n’est jamais contre personne. Et quand je parle, c’est comme maire, mais pas au nom du conseil. Mes sorties étaient sincères et je ne regrette rien.»

Si des citoyens ont invité le maire à faire preuve de retenue, d’autres personnes présentes à la salle du conseil de Louiseville ont dit à Yvon Deshaies de ne rien changer à son comportement. La conseillère Françoise Hogue Plante a pris soin de souligner l’appui reçu par Yvon Deshaies lors de l’élection du 5 novembre, alors que Gilles Pagé a signalé les qualités de communicateur du maire aux nombreux noeuds papillon.

«On est content d’avoir notre maire. Je n’en aurais pas voulu un autre», a dit ce nouveau membre du conseil.

Une séance tranquille

Cette première séance plutôt calme du nouveau conseil a été marquée par des applaudissements accordés à tous les élus. Tout en soulignant le fait que trois femmes composent dorénavant le conseil, le maire Deshaies assure que chaque élu a droit de parole autour de la table.

«Il n’y a pas de muselière à personne. Les gens peuvent s’exprimer, dans le respect. On est là pour les gens de Louiseville.»

Le maire Deshaies a également pris soin de remercier toutes les personnes qui ont eu le courage de mettre leur nom sur les bulletins de vote lors de la dernière élection. Il dit avoir félicité Laurent Robitaille, son adversaire à la mairie, mais il n’a jamais précisé s’il avait agi de la même façon ou non à l’endroit de Guy Richard, lui aussi candidat à la mairie. Signe de retenue?