Du personnel de la santé de la région utilise des visières de protection fabriquées au Cégep de Trois-Rivières.
Du personnel de la santé de la région utilise des visières de protection fabriquées au Cégep de Trois-Rivières.

Des visières imprimées au Cégep de Trois-Rivières

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Confrontés à un manque d’équipements de protection, plusieurs professionnels de la santé de la région travaillent avec des visières imprimées au Cégep de Trois-Rivières. Depuis environ deux semaines, près de 200 de ces visières ont été fabriquées en partie avec les quatre imprimantes 3D du cégep pour venir en aide aux travailleurs qui luttent contre cette pandémie de COVID-19.

«On voulait aider notre région. Nous avons des besoins ici, alors nous avons pris ce projet sous notre aile et nous l’avons fait pour notre communauté», affirme Luc Veillette, coordonnateur du département de génie mécanique du Cégep de Trois-Rivières et un des instigateurs du projet.

Des professeurs du Cégep de Trois-Rivières se sont donc associés pour concevoir des visières de sécurité avec les imprimantes 3D après avoir lu l’appel à la mobilisation régionale de Pascal Bastarache, le président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers du CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec (SPPSAM-CSN).

Dans l’article Des équipements de protection faits «maison»? publié dans Le Nouvelliste du 31 mars dernier, le représentant syndical lançait l’idée de mettre les imprimantes 3D du Cégep de Trois-Rivières «au service» de toute la population.

Il n’en fallait pas plus pour que les professeurs Luc Veillette et Sylvain Carignan (génie électrique) ainsi que le technicien Jonathan Hilairet démarrent les imprimantes pour concevoir des visières. Ils sont aidés dans leur démarche par Laurence Viry, professeure de littérature, et de Simon Lévesque, directeur adjoint à l’innovation.

«On ne fait pas partie du processus d’achat du CIUSSS MCQ. C’est vraiment à la demande de certaines infirmières. Nous aidons ces professionnels en attendant que les entreprises puissent livrer l’équipement accrédité. Car nous ne sommes bien sûr pas accrédités par Santé Canada», note Luc Veillette. «Ça peut quand même aider certaines personnes.»

Les couronnes des visières sont fabriquées à l’aide des imprimantes 3D et cette tâche prend environ 1 h 30. Par la suite, l’équipe du Cégep de Trois-Rivières s’approvisionne en feuilles de polycarbonate (plastique transparente) auprès d’une entreprise de Trois-Rivières et assemble le produit final.

Depuis la mise en place de ce projet, 60 visières ont été distribuées pour l’unité des patients atteints de la COVID-19 ainsi que pour l’unité des patients immunosupprimés alors que 60 autres visières ont pris le chemin de l’urgence et du bloc opératoire du centre hospitalier affilié universitaire régional à Trois-Rivières ainsi que du Centre Cloutier-du Rivage. De plus, des visières de protection ont été offertes au service de néphrologie ainsi qu’à des médecins en pneumologie. Par ailleurs, une soixantaine de visières ont été livrées mardi au CHSLD Laflèche de Shawinigan qui est durement affecté par la pandémie.

En aucun cas, les instigateurs de ce projet n’avaient de vision mercantile. L’équipe de professeurs du cégep a su convaincre la direction de l’établissement d’enseignement de défrayer les coûts de la matière première.

«On le fait volontairement et gratuitement. Ça fait partie de notre mission d’aider la population», renchérit Luc Veillette.