Des tuteurs de la Téluq ont manifesté devant l’UQTR, vendredi en milieu de journée.

Des tuteurs de la Téluq manifestent aux portes de l’UQTR

TROIS-RIVIÈRES — Quelques dizaines de tuteurs de la Téluq, affiliée au réseau de l’Université du Québec, ont manifesté devant les portes de l’UQTR, vendredi en milieu de journée. En grève depuis le mois de janvier, les syndiqués dénoncent «l’intransigeance de la direction de la Télé-Université dans leur négociation».

Tandis que les professeurs préparent et élaborent des cours, les tuteurs de la Téluq ont pour tâche d’encadrer les étudiants de l’établissement du réseau de l’Université du Québec dont l’ensemble des cours est dispensé en ligne.

Pour Nancy Turgeon, présidente du Syndicat des tuteurs et tutrices de la Télé-université-CSN, la qualité de l’encadrement qu’offrent ses membres à la population étudiante a fait la marque de la Téluq. La réorganisation du travail que la Téluq veut mettre en chantier comprend l’embauche d’un personnel moins expérimenté et une redéfinition des tâches qui verra les étudiants perdre au change, soutient-elle.

La présidente du syndicat rappelle que selon les chiffres récemment rendus publics par l’Université du Québec, la Téluq a vu son nombre d’inscriptions connaître une baisse de 60% par rapport à l’été dernier, en marge de la grève. Mme Turgeon se défend de prendre les étudiants en otage. «On veut négocier le plus rapidement possible», fait-elle valoir, «on veut préserver la qualité de l’encadrement à la Téluq, après deux ans d’impasse dans les négociations».