La piscine du parc de l’Exposition accueille plus de 50 % des baignades dans les piscines publiques de Trois-Rivières, selon le conseiller du district de Pointe-du-Lac, François Bélisle.

Des travaux de 12 à 16 M $ à la piscine de l'Exposition

TROIS-RIVIÈRES — La piscine du parc de l’Exposition se refera une beauté d’ici peu. Le Nouvelliste a appris que des rénovations majeures pourraient être entreprises à la fin de la saison, pour un coût allant de 12 à 16 millions de dollars. Cela impliquerait également une fermeture de la piscine pour au moins un an.

La Direction des communications de la Ville de Trois-Rivières n’a pas été en mesure de confirmer ces informations, mais François Bélisle, conseiller municipal du district de Pointe-du-Lac et président de la Commission sur la culture, les loisirs et la vie communautaire, en charge de ce dossier, confirme que des travaux de grande ampleur sont sur la table. Le projet devrait être présenté d’ici le début de l’automne au conseil municipal pour obtenir son aval.

«On parle de millions de dollars et pas de milliers, en effet. C’est nécessaire de faire ça, surtout quand on sait que plus de 50 % des baignades de la période estivale se font dans cette piscine-là. C’est une infrastructure majeure», affirme M. Bélisle.

La coquille de béton de la piscine – qui compte parmi les plus grandes piscines extérieures au Canada – serait ainsi refaite. Des travaux d’une telle ampleur nécessiteront donc que la piscine reste fermée pour au moins 12 mois, voir plus, selon nos sources. Elle restera toutefois ouverte jusqu’à la fin de cette saison. «Pour la durée des travaux, on parle effectivement plus d’années que de mois, confirme M. Bélisle. Le béton, c’est sûr qu’on ne peut pas faire ça quand les gens sont dans la piscine ni l’hiver.»

«C’est une piscine qui a été construite avant la Deuxième Guerre mondiale, poursuit M. Bélisle. Elle est rendue en fin de vie utile, il faut la refaire.»

Le projet est encore sur les planches à dessin de la Direction du génie de la Ville, mais M. Bélisle souligne qu’il est bien avancé. La différence de quatre millions entre les deux coûts possibles dont a eu connaissance Le Nouvelliste s’explique par ailleurs par la volonté de la Commission sur la culture, les loisirs et la vie communautaire de limiter les frais pour la Ville. Afin de réduire l’emprunt qui sera vraisemblablement nécessaire pour mener à bien la réfection de la piscine, une partie des coûts pourrait entrer dans le cadre du plan triennal d’immobilisations. Mais François Bélisle insiste sur le fait que ce coût s’explique par la vétusté de ces installations.

«Ça fait longtemps que ces travaux auraient dû être faits et plus on attend, plus ça coûte cher, déplore-t-il. Ce n’est pas du ‘‘facelift’’ qu’on doit faire: il faut refaire la coquille, entre autres parce qu’il y a beaucoup de pertes d’eau. C’est pour cette raison que des baigneurs nous disent souvent que l’eau est plus froide dans les zones plus profondes de la piscine.»

Si le projet de rénovation est approuvé par le conseil municipal, à la fin août ou au début de septembre, les Trifluviens qui avaient pour habitude de se rendre à la piscine du parc de l’Exposition devront se trouver un autre plan d’eau pour se rafraîchir l’été prochain. Surtout si la piscine accueillait 50 % des baigneurs qui utilisent une piscine municipale. «Il faut travailler avec les autres piscines, concède M. Bélisle. Il faut aussi s’assurer qu’elles ne brisent pas.»

Le conseiller du district de Pointe-du-Lac rappelle cependant que tous les travaux publics viennent avec leur lot d’inconvénients, peu importe leur nature. «C’est comme pour les rues: il y a des inconvénients à les refaire, mais c’est pour le plus grand bien collectif», insiste-t-il.

Rappelons par ailleurs qu’une autre piscine à Trois-Rivières, celle du Centre de l’activité physique et sportive de l’UQTR, est toujours fermée, et ce, au moins jusqu’en 2020. Les travaux de rénovation de cette piscine intérieure ont débuté en août 2018, mais ont été interrompus il y a cinq mois et n’ont toujours pas repris. Dans un article paru dans nos pages le 11 juillet dernier, un intervenant de la scène sportive avait également soutenu que la piscine du Cégep de Trois-Rivières est elle aussi en mauvais état.