Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.

Des surplus de plus de 8,8M$

TROIS-RIVIÈRES — L’exercice financier 2017 de la Ville de Trois-Rivières aura finalement permis de dégager un surplus de 8 846 043 $. C’est du moins ce qui ressort du Rapport financier consolidé 2017, déposé au conseil municipal mardi soir. Des surplus qui s’expliqueraient tant par des revenus non prévus que des dépenses moindres, constate le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque.

Rappelons que le budget 2017 de l’administration municipale était de 255,7 M$. Ainsi, le surplus dégagé représente 3,46 % du budget adopté.

Selon le rapport financier, les revenus supplémentaires sont essentiellement attribuables à la vitalité économique. En 2017, il y aurait eu 214 M$ d’évaluation imposable pondérée ajoutés, ce qui représente 150% de ce qui avait été anticipé au budget. Un fait qui génère du même coup 3,6 M$ de revenus supplémentaires.

Les droits de mutation immobilière ont aussi excédé de 1,7 M$ la prévision budgétaire, en plus de dégager 700 000 $ par la vente de plusieurs actifs.

Par ailleurs, la Ville dit avoir fait preuve de rigueur en 2017 dans le contrôle des dépenses. «N’eût été le rattrapage de 1,65 M$ de la loi 102 concernant la surtaxe sur les produits d’emballage, les dépenses auraient globalement atteint les prévisions budgétaires», peut-on également lire dans le rapport. En effet, une compensation avait été versée à la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie par le gouvernement en ce sens.

Au cours des dernières années, la Ville avait dégagé des surplus dépassant les 10 M$ annuellement, avec 11 M$ en 2016, 10 M$ en 2015 et 14 M$ en 2014.

«C’est la preuve que la croissance économique est plus grande qu’escomptée. J’avais prévu qu’en 2018, nous allions battre des records, et c’est ce qui s’en vient au niveau des permis de construction», indique le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque, expliquant que la Ville devrait enregistrer pour 300 M$ d’émission de permis de construction en 2018, un montant encore jamais atteint. «C’est signe que les investissements et les efforts que nous avons réalisés depuis 2002, ça rapporte», croit Yves Lévesque.

Dette
En ce qui concerne la dette à long terme de la Ville et des organismes du périmètre comptable, elle s’élevait à 389 M$ au 31 décembre 2017. Toutefois, la dette à la charge de l’ensemble de la Ville, elle, se situe à 246,4 M$. La dette a donc baissé de 1,2 M$ depuis l’an dernier, alors qu’elle se situait à 247,6 M$ au 31 décembre 2016.

Par ailleurs, le maire fait remarquer que les actifs nets de la Ville ont grimpé de 580,5 M$ en 2016 à 618,6 M$ en 2017, soit une croissance de 6 %.

Tel que convenu à la politique de gestion de la dette de la Ville, un minimum de 25 % des surplus dégagés sera affecté au rachat anticipé de dette ou à l’excédent de fonctionnement affecté à cette fin.