Les surplus pour l’exercice financier de 2018 sont en bonne partie attribuables à la vente de terrains sur le site Trois-Rivières sur Saint-Laurent de même que dans le District 55 (ci-dessus).

Des surplus de 9,6 M$ en 2018 pour Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — La Ville de Trois-Rivières dégagera finalement un surplus de 9 602 894 $ pour l’exercice financier de 2018. C’est du moins ce qui ressort du Rapport financier consolidé 2018, déposé au conseil municipal mardi soir. Des surplus qui s’expliqueraient tant par des revenus non prévus de l’ordre de 7,6 M$ que des dépenses moindres d’environ 2 M$.

Le budget 2018 de l’administration municipal se chiffrait à 261,3 M$. Les surplus dégagés représentent ainsi 3,68% du budget adopté.

Selon le rapport financier, les revenus supplémentaires sont essentiellement attribuables à la vente d’actifs, pour un montant avoisinant les 3,7 M$. Parmi ces actifs, on retrouve surtout la vente de terrains sur le site Trois-Rivières sur Saint-Laurent de même que le site industriel 40/55, note la directrice générale de la Ville, France Cinq-Mars.

La Ville note également des revenus d’intérêts de 700 000 $, une perception supplémentaire de 500 000 $ en taxes municipales et en en-lieux de taxes, de même qu’un autre 500 000 $ en droits de mutation immobilière non prévus au budget. Finalement, 400 000 $ supplémentaires en constats d’infraction ont été perçus sans être prévus au budget municipal.

En ce qui concerne les dépenses, le rapport indique une économie de 1,8 M$ au niveau de l’administration, dont 800 000 $ en salaires et 500 000 $ en contrats de services informatiques. La Direction de l’aménagement a également réduit ses dépenses d’approximativement 1M$, alors que la Direction de la culture, des loisirs et de la vie communautaire a pu économiser 700 000 $ de son budget annuel, dont environ 400 000 $ uniquement en salaires. Des travaux relatifs à l’eau potable ont également été reportés.

Toutefois, des dépenses supplémentaires ont aussi été enregistrées, dont 1,2 M $ en salaires à la Sécurité publique. 900 000 $ ont été nécessaires pour l’entretien des bâtiments et des véhicules, alors que le même montant a été dépensé pour des frais supplémentaires relatifs à l’enlèvement de la neige.

L’an dernier, la Ville avait dégagé des surplus de 8,8 M$. Au cours des dernières années, la Ville avait dégagé des surplus dépassant les 10 M$ annuellement, avec 11 M$ en 2016, 10 M$ en 2015 et 14 M$ en 2014.

Dette

En ce qui concerne la dette à long terme de la Ville et des organismes du périmètre comptable, elle s’élevait à 394,5 M$ au 31 décembre 2018. Toutefois, la dette à la charge de l’ensemble de la Ville, elle, se situe à 245,1 M$. La dette a donc baissé de 1,3 M$ depuis l’an dernier, alors qu’elle se situait à 246,4 M$ au 31 décembre 2017.

Tel que convenu à la politique de gestion de la dette de la Ville, un minimum de 25 % des surplus dégagés sera affecté au rachat anticipé de dette ou à l’excédent de fonctionnement affecté à cette fin.

Toutefois, la mairesse suppléante a fait savoir qu’un comité formé d’élus et de fonctionnaires se penchait actuellement sur cette politique et menait une réflexion sur la possibilité d’augmenter le pourcentage des surplus affectés au remboursement de la dette.