Pierre Côté avait préparé une activité bien particulière, samedi, pour souligner les 84 ans de sa mère, atteinte d'Alzheimer.
Pierre Côté avait préparé une activité bien particulière, samedi, pour souligner les 84 ans de sa mère, atteinte d'Alzheimer.

Des souvenirs en sons et en images pour combattre l'Alzheimer

Matthieu Max-Gessler
Matthieu Max-Gessler
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Stimuler la mémoire de sa mère, atteinte d'Alzheimer, par des souvenirs visuels et sonores: c'est la mission que s'est donnée Pierre Côté, créateur transmédia et réalisateur de la première saison de l'émission de téléréalité Loft Story. Samedi, alors que sa mère Denise Bouchard fêtait ses 84 ans, son fils a décidé de réunir ses oncles et tantes au Grand Salon du Séminaire Saint-Joseph pour leur présenter un projet sur lequel il a passé de nombreuses heures: un film composé de musiques chères à sa mère, d'images de diapositives de la famille et d'extraits historiques qui ont marqué sa vie.

Ce projet a commencé quand Mme Bouchard a été diagnostiquée avec la maladie d'Alzheimer, il y a moins de trois ans. L'artiste a entamé des recherches sur cette maladie et s'est rendu compte que certains souvenirs visuels ou auditifs permettaient à sa mère de vivre certaines émotions.

«C'était expérimental, j'ai commencé à lui faire écouter des listes de lectures de chansons de différentes époques de sa vie, qu'on écoutait en regardant des photos. On sait que sa mémoire est encore là, mais elle n'est plus capable de l'exprimer. Il faut refaire des connexions», raconte-t-il.

«C'est une approche narrative, par la création. Ici, c'est par la vidéo que je l'ai fait, mais ça pourrait être par une autre forme d'art, comme la peinture», ajoute-t-il.

C'est en s'inspirant de son travail de réalisateur que lui est venue l'idée de scénariser certaines périodes de la vie de sa mère. Dans la vidéo qu'il a présentée à sa mère et à la fratrie de celle-ci, on retrouve de nombreuses diapositives, développées grâce à une simple application mobile, des bobines de film, des extraits de nouvelles qui ont marqué sa mère – un discours de Maurice Duplessis et un reportage sur l'effondrement du pont qui porte le même nom, en janvier 1951.

«C'est une forme de scénarisation interactive. Quand j'étais réalisateur de la première saison de Loft Story, je construisais un scénario à partir d'images captées par les caméras et je rencontrais les participants. C'est un peu le même principe, je travaille avec l'histoire de ma mère, mais aussi à partir du contenu qui est disponible», illustre-t-il. 

Les frères et soeurs de Denise Bouchard étaient réunis au Grand Salon du Séminaire Saint-Joseph pour la projection d'un film sur les souvenirs de l'octogénaire et de sa famille.

La vidéo contenait aussi des prestations de quelques chanteurs que sa mère affectionne particulièrement, dont Charles Aznavour, Jacques Brel et Charles Trenet. Bref, un montage de souvenirs agréables, touchants et drôles pour Mme Bouchard et ses frères et sœurs, qui ont semblé apprécier l'expérience eux aussi.

Pierre Côté compte continuer à développer cette approche, pour laquelle il affirme s'être basé sur des recherches et des expériences menées ailleurs dans le monde. Il souhaite ensuite la rendre accessible à d'autres familles qui en feraient la demande.

«Je suis vraiment optimiste, je pense que j'ai quelque chose qui me permettrait de prendre une nouvelle tangente dans ma carrière. Ça m'allume beaucoup, moi qui suis passionné d'histoire», confie-t-il.

Cette approche serait toutefois développée en privé. «Ce serait pour les familles qui ont les moyens de se payer les services d'un créateur ''sénior'' pour 30 ou 40 heures de travail. Je ne veux pas passer par les institutions, j'ai peur que ça bloque», indique M. Côté.