Plusieurs riverains du secteur de Lac-à-la-Tortue, à Shawinigan, ont passé la matinée de samedi à nettoyer la plage Idéale. Certains parmi eux, dont Sylvain Frigon (à l'avant-plan), espèrent que la Ville de Shawinigan réhabilite la plage, fermée à la baignade depuis cinq ans.
Plusieurs riverains du secteur de Lac-à-la-Tortue, à Shawinigan, ont passé la matinée de samedi à nettoyer la plage Idéale. Certains parmi eux, dont Sylvain Frigon (à l'avant-plan), espèrent que la Ville de Shawinigan réhabilite la plage, fermée à la baignade depuis cinq ans.

Des résidents de Lac-à-la-Tortue veulent faire renaître la plage Idéale

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Une dizaine de résidents du secteur de Lac-à-la-Tortue, à Shawinigan, ont commencé à refaire une beauté à la plage Idéale, fermée il y a quelques années et laissée à l'abandon.

Armés d'un tracteur à pelouse, de bêches et de râteaux, ces citoyens ont tondu les mauvaises herbes qui ont recouvert ce qui était jadis une plage de sable, samedi matin. Certains ont même déraciné ces herbes pour faire un chemin de sable se rendant à l'eau.

«Chacun a amené ses idées. On s'est dit: on va rendre ça propre et attrayant. C'est un peu ça notre action, on veut rendre la plage aux citoyens. Je demeure à Lac-à-la-Tortue depuis 1972 et j'ai connu la plage dans ses belles années. On a un beau plan d'eau et on aimerait que les gens puissent en profiter», résume Robert Houle, l'un des initiateurs de cette opération de nettoyage. 

Annie Bourque, pour sa part, s'affairait à enlever les algues du fond de l'eau, en bordure de la plage. Elle espère ainsi que les passants, qu'ils soient à pied ou en vélo, aient plus envie de s'y tremper les orteils. 

«Quand je passe en vélo devant la plage, je suis triste, déçue de voir dans quel état elle est. J'ai honte, comme citoyenne, que les campeurs qui vont aux Campings Ottamac et Rouillard voient ça quand ils viennent ici. Donc c'est aussi par fierté, je ne veux pas que cet endroit donne une mauvaise image de Lac-à-la-Tortue», explique la riveraine. 

Annie Bourque a raclé le fond de l'eau pour enlever les algues.

En quelques heures à peine, les organisateurs, dont plusieurs sont membres de l'Association pour la protection du Lac-à-la-Tortue (APL), étaient déjà fort satisfaits du travail accompli. En effet, le simple fait de retirer les mauvaises herbes permettait déjà de voir réapparaître le sable de la plage. Les organisateurs comptent d'ailleurs refaire cette activité en août et en septembre, à une date qui reste à déterminer. Ils espèrent que davantage de volontaires répondront à leur appel. 

«Ce matin, on est six. Si on était 100, tout serait propre, sur le sable. Ça se ferait rapidement. Les gens sont occupés, surtout avec les vacances de la construction, ils n'avaient pas le temps. Mais si chacun mettait la main à la pâte, ça irait vraiment vite», estime Sylvain Frigon, vice-président de l'APL. 

Rappelons que la plage Idéale a été fermée en 2012 à la baignade en raison de la présence dans l'eau de coliformes fécaux, provenant de fosses septiques non conformes. En 2015, elle a de nouveau été fermée en raison de la mauvaise qualité de l'eau. Elle n'a pas été rouverte depuis. La Ville de Shawinigan avait reconnu que cette décision avait été motivée non seulement par la qualité inconstante de l'eau, mais aussi par le faible nombre de baigneurs qui s'y rendaient, compte tenu des coûts liés à la rémunération d'un sauveteur. 

La Ville interpellée

Si des citoyens sont prêts à donner un coup de main pour rendre son lustre d'antan à la plage Idéale, certains aimeraient que la Ville de Shawinigan s'implique dans ce projet. Sylvain Frigon est catégorique à ce sujet. 

«La Ville a une responsabilité. Selon moi, en mettant la main là-dessus, ça devient leur responsabilité, surtout que le parc a été aménagé avec l'argent versé par Hydro-Québec», soutient-il. 

Robert Houle et Annie Bourque comptent bien revenir d'ici la fin de l'été avec des bénévoles pour poursuivre le travail entamé samedi.

La Ville a en effet acquis le terrain où se trouve la plage Idéale en 2003, pour un montant de 335 000 $. L'aménagement du parc de la plage a pour sa part coûté environ 700 000 $. Ce montant était couvert par un programme d'Hydro-Québec visant à compenser les inconvénients causés par la construction du barrage Grand-Mère. 

Robert Houle a pour sa part déposé un projet, il y a deux semaines, dans le cadre du budget participatif de la Ville. Ce projet vise la réhabilitation et le réaménagement de la plage. 

«On veut faire une belle vitrine sur le lac. Le projet, c’est d’aménager ça, c’est d’embellir la place», indique-t-il. 

M. Houle souhaite également l'ouverture d'un canal de discussion avec la Ville sur l'avenir de la plage Idéale. 

Le Nouvelliste n'a pas été en mesure d'obtenir la position de la Ville de Shawinigan sur cette question, samedi.