De nombreuses compagnies d’assurance refusent d’offrir des soumissions dans des réserves autochtones sans même analyser les dossiers, alors qu’elles acceptent d’assurer les résidants des villages d’à côté, révèle une enquête de La Presse.
De nombreuses compagnies d’assurance refusent d’offrir des soumissions dans des réserves autochtones sans même analyser les dossiers, alors qu’elles acceptent d’assurer les résidants des villages d’à côté, révèle une enquête de La Presse.

Des refus systématiques dans les réserves

Gabrielle Duchaine
Gabrielle Duchaine
La Presse
De nombreuses compagnies d’assurance refusent d’offrir des soumissions dans des réserves autochtones sans même analyser les dossiers, alors qu’elles acceptent d’assurer les résidants des villages d’à côté, révèle une enquête de La Presse. Des membres des Premières Nations y voient un exemple concret de racisme systémique. Au moins deux plaintes ont récemment été déposées à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

« C’est sur réserve. On fait pas ça là. »

2 octobre 2018. L’ancien député du Parti québécois Alexis Wawanoloath est au téléphone avec une représentante de l’Industrielle Alliance. Il demande une soumission pour sa voiture, une Chevrolet Impala. Il fournit son nom, son numéro de téléphone, puis son adresse dans la communauté abénakise d’Odanak, près de Sorel-Tracy.

« Dès que j’ai donné mon code postal, la dame a stoppé la démarche pour faire la soumission. Elle m’a dit qu’ils n’assuraient pas sur la réserve. » 

Ébranlé, l’homme a exigé des explications. « Elle m’a dit que ce n’était pas elle qui me discriminait, mais la compagnie », raconte M. Wawanoloath dans une plainte pour discrimination déposée à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse que La Presse a obtenue.

Deux ans plus tard, l’affaire n’est toujours pas réglée.

« C’est vraiment insultant », confie l’ex-politicien, qui effectue aujourd’hui un stage en droit dans un cabinet d’avocats.

Lire la suite sur lapresse.ca