Des records de chaleur ont été battus dans plusieurs villes de la région en cette semaine de canicule.

Des records et encore des morts

LA TUQUE — Il a fait chaud d’un bout à l’autre de la région mercredi. Des records ont été battus à Trois-Rivières, Shawinigan et La Tuque. C’est d’ailleurs en Haute-Mauricie qu’il a fait le plus chaud. Le scénario sera le même jeudi. Il faudra attendre vendredi pour un peu de fraîcheur et la patience des citoyens sera récompensée d’un week-end presque parfait, c’est-à-dire chaud, ensoleillé et sans humidité.

Le record de température datant de 2002 a été battu à Trois-Rivières et Shawinigan avec des températures enregistrées de plus de 33 degrés. À La Tuque, c’est un record de 31,4 degrés de 2013 qui a été fracassé. Le thermomètre indiquait mercredi après-midi 34,5 degrés.

Il fera tout aussi chaud jeudi, même que le facteur humidex pourrait amener la température ressentie aux alentour de 42 degrés.

«Jeudi, ce sera une journée semblable à mercredi au niveau du mercure, par contre le taux d’humidité sera plus élevé. Il n’y aura pas de répit. C’est vendredi que ceux qui aiment la fraîcheur vont être servis. On va être quelques degrés sous la normale vendredi. Il n’y aura plus d’humidité», a commenté Alexandre Parent, météorologue d’Environnement Canada.

Par ailleurs, le week-end se dessine très bien sur la région. Le mercure devrait grimper à 25 degrés samedi et 28 degrés dimanche.

«Ce sera du plein soleil. On ne parle pas d’humidité dans l’air non plus. Ce ne sera pas trop chaud, ensoleillé, je pense que c’est une belle définition d’un beau week-end», a noté le météorologue.

Rappelons qu’à Trois-Rivières, la Ville a décidé de prolonger les heures d’ouverture de certaines piscines extérieures à la suite de l’analyse des statistiques de fréquentation et des conditions météorologiques.

Jeudi, les piscines du parc de l’Exposition, du parc Martin-Bergeron et du parc Jean-Béliveau seront ouvertes de 10 h à 19 h 30 . Les autres piscines municipales demeurent ouvertes selon l’horaire régulier. Des espaces climatisés sont également accessibles pour les citoyens, soit au Complexe de La Franciade, dans le secteur Saint-Louis-de-France, ainsi qu’au Cégep de Trois-Rivières, en entrant par la porte #6 du pavillon des Humanités.

À Nicolet, la Ville a annoncé la mise en place de mesures d’atténuation pour la période de chaleur accablante jusqu’à vendredi.

Deux espaces publics climatisés sont ouverts pour se rafraîchir, soit la Bibliothèque H.-N.-Biron et la salle Joseph-Ovide-Rousseau. Les jeux d’eau, situés dans le parc Thérèse-Boisvert-Allard, sont disponibles en tout temps. La Ville de Nicolet rappelle également que la plage du Camping Port Saint-François est accessible gratuitement, en tout temps.

La Ville prolonge les heures d’ouverture de la piscine du Centre sportif de l’École nationale de police. Jusqu’à vendredi inclusivement, la piscine sera ouverte dès 13 h 30 jusqu’à 20 h 15. De plus, pour ces mêmes dates, la tarification sera à 50 %.

Du côté de Shawinigan, les piscines publiques demeureront ouvertes jusqu’à 20 h et les jeux d’eau jusqu’à 23 h, et ce, jusqu’au samedi 7 juillet.

Le jeudi 5 juillet, les citoyens auront accès à des espaces climatisés dans les bibliothèques Hélène-B.-Beauséjour et Bruno-Sigmen de 12 h 30 à 20 h, Fabien-LaRochelle de 10 h à 20 h, et Denise-B.-Trudel de 13 h 15 à 16 h 30.

L’accès au transport en commun régulier, au transport adapté ainsi qu’à l’Accès-Bus sera gratuit jusqu’à la fermeture ce vendredi 6 juillet.

De plus, le Service de sécurité incendie assurera une veille de sensibilisation auprès de la clientèle du programme PAIR, un service d’appels ayant pour but que les aînés et les personnes à risque vivant seules se sentent en sécurité.

Travailler à la chaleur n’est pas sans risques
La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) désire rappeler aux employeurs et aux travailleurs, en cette période de chaleur intense, qu’effectuer un travail physique à la chaleur peut s’avérer dangereux, voire mortel. On rappelle qu’il est essentiel de prendre les mesures de prévention nécessaires pour éviter un coup de chaleur.

«Le coup de chaleur survient lorsque la température du corps augmente et que celui-ci ne réussit plus à se refroidir suffisamment. Le risque est plus élevé au cours des premières journées chaudes, parce que le corps a besoin de temps pour s’habituer à la chaleur. On considère qu’il faut cinq jours à un travailleur pour être partiellement acclimaté», a-t-on fait savoir.

La CNESST souligne également qu’un coup de chaleur ne se produit pas qu’à l’extérieur. Les personnes qui travaillent dans un lieu où plusieurs appareils dégagent une importante source de chaleur, tels que les usines et les cuisines de restaurant, peuvent aussi subir un coup de chaleur. Il en est de même pour les personnes qui travaillent dans des endroits où le taux d’humidité est très élevé.

Afin de prévenir les coups de chaleur, on rappelle qu’il est bon de boire au moins un verre d’eau toutes les 20 minutes, de remettre à plus tard les tâches ardues non essentielles, d’effectuer un travail plus léger, de prendre des pauses plus longues et plus fréquentes.

En collaboration avec Laurence Chartrand