Le directeur général de la Corporation de développement économique Nikanik de Wemotaci, Adam Jourdain.
Le directeur général de la Corporation de développement économique Nikanik de Wemotaci, Adam Jourdain.

Des propos sur les Atikamekw dénoncés

LA TUQUE — Depuis la mort de George Floyd aux États-Unis, le racisme sous toutes ses formes est davantage dénoncé dans l’espace public ou sur les médias sociaux. Estimant que le racisme n’a pas sa place en 2020, le directeur général de la Corporation de développement économique Nikanik de Wemotaci, Adam Jourdain, dénonce des propos qui auraient été tenus sur Facebook.

En Haute-Mauricie, bien que les relations entre les Atikamekw et les non-autochtones sont généralement extrêmement bonnes, il arrive d’entendre des commentaires racistes à l’endroit des autochtones ou de les lire sur les médias sociaux. Mercredi soir, l’hebdomadaire l’Écho de La Tuque a publié une nouvelle sur sa page Facebook pour annoncer le branchement de la communauté de Wemotaci à Internet haute vitesse après dix ans de travaux. Il s’agit d’une bonne nouvelle qui permet à près de 1500 personnes d’avoir accès à des outils indispensables en 2020.

Après qu’une lectrice eut commenté que les gens de Wemotaci étaient «Chanceux. La Bostonnais, on n’a même pas la fibre et un service de téléphone de merde», Claude Gagnon a répondu «Faites des barrages routiers et vous allez l’avoir». Ce commentaire, provenant du compte Facebook du président du Club de motoneige La Tuque, un organisme qui dépend de l’utilisation de sentiers qui empruntent le territoire de Wemotaci, a soulevé de vives réactions. C’est dans ce contexte que Le Nouvelliste a été contacté pour recueillir les propos d’Adam Jourdain.

«Quand j’ai vu ça, j’ai réagi assez fortement. J’ai écrit directement au Club de motoneige pour exprimer ma tristesse par rapport à ce commentaire», affirme le directeur général de la Corporation de développement économique Nikanik de Wemotaci, Adam Jourdain.

«On est rendu en 2020 et on est encore en train de parler de propos raciaux non constructifs pour la société d’aujourd’hui. C’est une belle nouvelle pour la communauté. Et tu vois ces propos… Je comprends la libre expression, mais il est président d’un organisme important.»


« On est rendu en 2020 et on est encore en train de parler de propos raciaux non constructifs pour la société d’aujourd’hui. »
Adam Jourdain

De nombreux partenariats économiques unissent La Tuque et Wemotaci. Adam Jourdain estime que c’est justement en raison de cette proximité qu’il devait dénoncer ces propos.

«Si on ne dénonce pas ça en 2020, ça ne changera jamais. Je veux que ça change. Les Autochtones et les Québécois, on est appelé à vivre ensemble pour l’éternité. Je suis positif face à l’avenir. Mais si je restais sans parler, je manquais peut-être une belle occasion de m’exprimer et de dire que c’est assez. Je n’accepte pas les commentaires désobligeants pour la communauté de Wemotaci», affirme-t-il.

Un compte Facebook piraté?

Joint au téléphone jeudi, le président du Club de motoneige de La Tuque, Claude Gagnon, a affirmé que son compte Facebook a été piraté. Il mentionne qu’il n’a jamais écrit quoi que ce soit mercredi soir.

À la suite des vives réactions qu’a entraînées son commentaire, Claude Gagnon, ou la personne qui utilise le compte, a tenté de s’expliquer.

«Ce n’était pas mon intention de blesser qui que ce soit. Premièrement, c’était un commentaire humoristique et ça n’attaquait personne. Mon commentaire n’a aucun lien avec le Club motoneige, c’est à titre personnel seulement. Alors si ça vous offusque, je m’en excuse», a alors écrit jeudi matin la personne qui utiliserait le compte de Claude Gagnon.