Judith Bastien est cordonnatrice de BAIL-Mauricie.
Judith Bastien est cordonnatrice de BAIL-Mauricie.

Des prochains mois plus difficiles pour BAIL-Mauricie avec l’annulation du Festiroule Country

Trois-Rivières — Les prochains mois seront plus difficiles pour BAIL-Mauricie. L’organisme, dont la mission est d’améliorer la qualité de vie des personnes handicapées tant au niveau du logement que des lieux publics, devra faire une croix sur près de 20% de son budget de fonctionnement en raison de l’annulation du Festiroule Country de Trois-Rivières.

«Le Festiroule a trois buts: faire connaître BAIL-Mauricie, sensibiliser aux capacités des personnes handicapées, et c’est aussi un moyen de financement. On parle d’environ 20 000 $ par année», affirme Judith Bastien, coordonnatrice de BAIL-Mauricie.

«C’est certain qu’il va falloir faire plus attention. On surveille l’aide du gouvernement qui sera offerte aux évènements. On est très attentif à ça, sinon c’est certain qu’on va être plus serré. Il va falloir demander plus de financement ailleurs», ajoute-t-elle.

L’organisme avait d’ailleurs déjà des factures pour la tenue de l’événement, dépenses qui devront être payées.

«Il faudra certainement des ajustements. Il y a peut-être moins de choses qu’on sera en mesure de faire. On va essayer le plus possible que nos activités restent les mêmes.»

Rappelons qu’en raison de la pandémie de COVID-19, le Festiroule Country de Trois-Rivières a effectivement annoncé l’annulation de sa 13e édition, prévue du 4 au 7 juin.

«Nous sommes donc contraints d’annuler, suivant les consignes gouvernementales de sécurité et de prévention, cela afin de vous protéger, protéger nos artistes et l’ensemble de nos bénévoles dans le but de limiter la transmission du COVID-19», indiquaient les organisateurs.

La 13e édition «prise 2» sera donc présentée du 3 au 6 juin 2021.

Période difficile

Confinement oblige, l’organisme a dû s’adapter. Les visites de logements ont dû être arrêtées, du moins jusqu’à la fin du mois d’avril.

«Il va y avoir des gens dans le pétrin, il y en a qui ont donné un avis pour partir en juillet. Si on n’est pas capable de trouver d’ici ce temps-là, on va avoir un problème à quelques part. Ce n’est pas évident. […] On regarde pareil les annonces et on fait des téléphones», note Mme Bastien.

Les employés de BAIL-Mauricie sont toujours à l’œuvre en télétravail. Ils en profitent, entre autres, pour mettre à jour le site web et tous leurs documents.