L’Échoppe de la gare ouvre ses portes Un nouveau restaurant, L’Échoppe de la gare, vient d’ouvrir ses portes au 996 boulevard du Saint-Maurice à Trois-Rivières, à deux pas de la gare de la rue Champflour. Félix Michon, sommelier fondateur de l’Épi, buvette de quartier, qui a imaginé ce nouveau projet, souhaite du même coup faire de ce restaurant un acteur de changement dans ce quartier en pleine redéfinition, tant par son dynamisme économique que par son implication dans la communauté. Le restaurant propose une cuisine où l’on découvre les dernières tendances gustatives dans un décor décontracté où les familles autant que les professionnels sont les bienvenus. Félix Michon propose pains et brioches maison, fromages, charcuteries, verdure, légumes, épices, café, vin d’importation privée à manger sur place ou à emporter. On voit ici le propriétaire Félix Michon en compagnie du chef Fabien Mercure.

Des nouvelles de Trois-Rivières

Pétition pour une piscine municipale

Une pétition a été lancée sur le site change.org afin de réclamer que la Ville de Trois-Rivières construise une piscine municipale intérieure. La prolongation de la fermeture de la piscine du CAPS de l’UQTR, actuellement en rénovation, est un «signal clair que la Ville doit construire une piscine municipale puisque nous n’en avons pas à l’heure actuelle et qu’il n’y a pas d’alternative», indique la pétition, initiée par Isabelle Perron-Blanchette. L’instigatrice de la pétition espère, par cette initiative, pouvoir démontrer au conseil municipal la nécessité de tenir une consultation publique sur ce service qu’elle estime essentiel. La pétition «L’aménagement d’une piscine municipale à Trois-Rivières», avait recueilli une trentaine de signatures en date de jeudi.

Congédiement de quatre pompiers à temps partiel

Quatre pompiers à temps partiel de la Ville de Trois-Rivières ont été congédiés, par décision du conseil municipal mardi soir, parce qu’ils n’avaient pas répondu à au moins 45 % des appels incendies qui leur avaient été acheminés sur une période de six mois entre le 1er avril et le 30 septembre 2018, tel que stipulé à leur contrat de travail. Il n’a pas été possible de savoir si le syndicat entendait contester ces congédiements.

Trois employés suspendus

Le conseil municipal de Trois-Rivières a procédé, mardi soir par résolution lors de la séance régulière, à la suspension de trois de ses employés pour de courtes périodes. D’abord, un employé col blanc a été suspendu sans solde un jour ouvrable pour «avoir conduit un véhicule de police sans autorisation et sans justification». Un policier a également été suspendu sans solde trois jours ouvrables. Il n’aurait «pas obéi promptement aux ordre et directives de ses supérieurs, qui n’a pas accompli ses tâches consciencieusement, avec diligence et efficacité et qui a manqué de respect et de politesse à l’endroit d’un collègue et d’un ambulancier». Finalement, un pompier a également été suspendu sans solde pendant deux jours ouvrables pour «avoir conduit de façon négligente et dangereuse un camion incendie».