Les lecteurs étaient nombreux à magasiner des livres à la Bibliovente qui avait lieu à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières, samedi.

Des milliers de kilos de livres à vendre

Trois-Rivières — Plus de 80 000 livres attendaient de trouver preneur, samedi, lors de la 21e Bibliovente à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières. Cette année encore, les lecteurs étaient au rendez-vous alors que 3598 personnes sont venues jeter un oeil aux dizaines de milliers de romans, documentaires et livres jeunesse vendus au kilogramme toute la journée.

Pour les bibliothèques de Trois-Rivières, Shawinigan, Notre-Dame-du-Mont-Carmel et celles du Réseau BIBLIO du Centre-du-Québec, de Lanaudière et de la Mauricie, c’est l’occasion de faire un grand ménage printanier dans leurs collections.

«Ce sont des livres qui viennent de l’élagage fait chaque année par les bibliothèques, explique Catherine Patry, responsable division bibliothèques de la Ville de Shawinigan. Quand les livres commencent à être anciens ou quand leur popularité diminue, plusieurs copies sont envoyées ici pour être vendues.»

La vente de ces doublons permettra aux bibliothèques de mettre de l’avant de nouveaux services et d’acheter de nouveaux documents pour garnir leurs rayons. Les profits sont redistribués entre les bibliothèques participantes au prorata de la contribution de chacune à la Bibliovente.

C’est également l’occasion de redonner aux citoyens, qui, pour plusieurs, contribuent d’ailleurs à remplir les tables de livres à la Bâtisse industrielle. De nombreuses boîtes de livres amenées par le public ont été recueillies jeudi par les bibliothèques présentes à la Bibliovente.

«C’est une bonne occasion de faire la promotion de la lecture, concède Mme Patry. Ça permet aussi de redistribuer les livres et documents à la population à moindre coût. Ça donne une seconde vie à ces documents.»

Des organismes communautaires récupèrent également les livres qui n’ont pas été vendus au cours de la journée, précise Mme Patry.

Un événement couru

Depuis cinq ans, l’achalandage de la Bibliovente se situe entre 3700 et 4700 personnes par année. Plusieurs habitués de l’événement viennent d’ailleurs passer la journée sur place. Les organisateurs ont donc installé un espace vendant collations et boissons, afin que les lecteurs qui le désirent puissent lire tout leur soûl. Certains de ces abonnés à la Bibliovente arrivent d’ailleurs très tôt le matin, plus de deux heures avant l’ouverture des portes.

«Quand on ouvre, il y a une file de gens, certains attendent depuis 7 h le matin pour avoir un meilleur choix. Pourtant, toute la journée, on déballe de nouvelles boîtes et on regarnit les tables, alors il y a un excellent choix toute la journée», assure Mme Patry.

Quant aux gens qui visitent l’événement pour la première fois, ils confient souvent être impressionnés par le choix de livres et par leur prix modeste. «Ils partent déposer leurs livres à leur voiture et reviennent en chercher d’autres, quand ils voient à quel point ce n’est pas cher», illustre Mme Patry.

Les romans sont les livres les plus demandés, suivis par les documentaires, puis les livres pour enfants, qui représentent respectivement 35 %, 30 % et 14 % des documents vendus à la Bibliovente. Des films, des jeux vidéos, des bandes dessinées et des jeux de société comptent aussi parmi les items en vente samedi.
Une équipe de 65 bénévoles s’était mobilisée pour cet événement.