Parents et élèves ont pris part à l’activité comme c’est le cas de Sophie Cormier-Rondeau (à gauche) et de Kamille Levasseur.
Parents et élèves ont pris part à l’activité comme c’est le cas de Sophie Cormier-Rondeau (à gauche) et de Kamille Levasseur.

Des légumes au lieu du chocolat

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Vendre des tablettes de chocolat pour financer des activités scolaires pourrait rapidement devenir chose du passé, car la question des saines habitudes de vie prend de plus en plus de place dans les établissements.

C’est le cas, du moins, à l’école primaire Louis-de-France où les élèves ont récemment participé à la campagne de financement Écoles enracinées, une initiative d’Équiterre.

Cette campagne a récemment permis à l’école de vendre 235 paniers de légumes biologiques provenant de la Coopérative maraîchère La Charrette qui s’est associée aux Jardins bio Campanipol et à la Chouette Lapone pour l’occasion. Le succès du projet ne fait aucun doute puisque l’objectif était de 90 paniers.

La réaction des familles «dépasse de loin toutes nos attentes», indique Julia Grenier, responsable de l’école Louis-de-France et directrice générale d’Agrécoles. «C’est dans l’air du temps d’allier santé, éducation et circuits de proximité dans une optique de développement durable», souligne-t-elle.

La Coopérative maraîchère La Charrette, rappelons-le, exploite deux hectares en culture biologique et produit plus d’une cinquantaine de produits biologiques dans la municipalité dont elle porte le nom. Elle s’est alliée aux deux autres fermes biologiques afin de permettra la concrétisation de ce projet à la fois lucratif et éducatif pour les jeunes.

L’école Louis-de-France a également participé au programme Croque santé de l’épicier Metro qui s’est associé pour la première fois aux Écoles enracinées d’Équiterre. L’école a eu la chance de remporter une bourse de 1000 $ du programme Croque santé qui a pour objectif de promouvoir l’acquisition de saines habitudes alimentaires dans les écoles primaires et secondaires du Québec.

Ce montant permettra à l’école Louis-de-France de mettre sur pied une série d’ateliers de cuisine pour ses élèves. Cette école est d’ailleurs déjà reconnue pour ses initiatives vertes dans le domaine de l’agroalimentaire. Notons que les sommes recueillies par l’école grâce à la vente des paniers de légumes biologiques permettront de financer plusieurs projets et de garnir son comptoir à salade qui est partiellement financé par la bourse Croque santé Metro.