Le premier ministre du Québec, François Legault, était de passage dans le comté de Maskinongé, où il était accompagné du député Simon Allaire.
Le premier ministre du Québec, François Legault, était de passage dans le comté de Maskinongé, où il était accompagné du député Simon Allaire.

Des leçons pour la deuxième vague

YAMACHICHE — Les CHSLD de la région, comme partout au Québec, devront s’assurer d’avoir une personne responsable du respect de l’application des directives liées aux mesures sanitaires afin d’éviter de nouvelles éclosions comme celles connues dans plusieurs CHSLD de la Mauricie. C’est du moins ce qu’a annoncé le premier ministre du Québec, François Legault, qui était de passage dans la région vendredi.

Appelé à commenter son appréciation de la gestion de la crise de la COVID-19 dans la région depuis le début de la pandémie, François Legault a avancé que les nombreuses éclosions connues dans les CHSLD avaient été, en partie, le résultat d’une mauvaise utilisation des équipements de protection par le personnel de la santé en début de pandémie. Une critique qui avait, par le passé, été formulée par la haute direction du CIUSSS MCQ qui reprochait au personnel de ne pas s’être suffisamment lavé les mains, et qui avait soulevé l’ire des syndicats.

«Malheureusement, les équipements de protection, incluant le masque, n’étaient pas toujours bien utilisés par le personnel. Donc en partie c’est le personnel qui a infecté les résidents et ça s’est propagé de façon importante dans certains CHSLD. Il faut la prochaine fois, lorsqu’il y aura une deuxième vague, être bien certain qu’il y ait une personne responsable d’appliquer les directives. Actuellement ce n’est pas clair qu’il y a un patron ou une patronne dans chaque CHSLD pour faire appliquer les directives», a indiqué François Legault.

Le premier ministre croit que la région sera prête pour la deuxième vague, notamment en raison de la formation, actuellement, de quelque 360 préposés aux bénéficiaires, qui feront leur entrée dans les établissements de la région au 15 septembre. Il compte également sur la construction, dans un futur rapproché, des maisons des aînés, où il y aura de plus grands espaces communs et où chaque résident aura une chambre privée, ce qui n’est actuellement pas le cas de près de 500 résidents en CHSLD de la région.

En attendant la construction de ces établissements, certaines mesures seront mises en place rapidement en prévision d’une deuxième vague. Une deuxième vague pour laquelle François Legault se dit confiant que la région s’en sortira mieux, puisque «on a appris» de la première contamination.

Vendredi matin, François Legault a rencontré le PDG du CIUSSS-MCQ, Carol Fillion, dans les locaux du Centre Interval de la rue Nicolas-Perrot.

«On a appris de nos erreurs du début de la pandémie. On a beaucoup insisté sur le port du masque et des équipements de protection individuelle pour éviter de propager le virus aux résidents. Je pense qu’on est prêt (pour la deuxième vague). On n’aura pas nos nouvelles maisons des aînés de bâties pour cet automne, mais on va regarder certains aménagements. On n’exclut pas d’installer temporairement des modulaires, mais je veux avoir le moins possible de chambres avec plus qu’un résident», indique-t-il.

Accueilli à Trois-Rivières en début de journée par des employés du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers, puis en après-midi par des représentants de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec, M. Legault a ajouté avoir confiance que les négociations qui ont actuellement cours avec les 500 000 employés de l’État se dérouleront bien, lui qui a placé sa confiance en la ministre et députée de Champlain Sonia LeBel pour piloter le dossier à la tête du Conseil du trésor.

Internet haute vitesse

Outre une rencontre avec le PDG du CIUSSS MCQ, Carol Fillion, le premier ministre a profité de son passage en Mauricie pour s’entretenir avec les 18 maires du comté de Maskinongé. Parmi les dossiers chauds discutés, la question du branchement de nombreuses résidences du comté au service d’Internet haute vitesse est revenue sur la table, un dossier pour lequel M. Legault a promis d’agir rapidement avec son ministre de l’économie, Pierre Fitzgibbon.

«J’ai donné le mandat à Pierre Fitzgibbon de me déposer un plan détaillé cet automne pour être capable de brancher tout le monde. On va le regarder dossier par dossier. Ça va vouloir dire une contribution du gouvernement du Québec. Je n’ai pas l’intention de continuer d’attendre après le gouvernement fédéral parce que le programme du gouvernement fédéral ne s’applique pas à beaucoup de dossiers, incluant dans Maskinongé. Il y aura des rencontres pour qu’on soit capable d’avoir un plan concrètement pour chaque résidence de Maskinongé pour être capable ensuite de faire des ententes», a déclaré M. Legault

En rencontre avec les élus du comté, M. Legault a également insisté sur l’importance de relancer l’économie le plus rapidement possible. «On a transféré des fonds aux MRC pour être capables d’aider les petites entreprises avec des fonds locaux d’investissement. J’ai relancé un appel aux préfets pour que toute l’aide soit donnée à toutes les entreprises en difficulté, puis encore plus aux entreprises qui ont des projets de développement. On va avoir plus de pouvoirs chez Investissement Québec Mauricie. C’est très important qu’on relance l’économie le plus vite possible», ajoute le premier ministre, qui ajoute avoir bien senti l’exaspération de plusieurs élus quant aux délais relatifs aux évaluations environnementales.

François Legault a profité de son passage en Mauricie pour rencontrer tous les maires du comté de Maskinongé.

«J’ai senti un certain support à notre projet de loi 61 pour réduire la durée des évaluations environnementales, j’ai senti une certaine frustration même. Il faut réduire les délais pour la construction des infrastructures. Que ce soit Internet haute vitesse, que ce soit les infrastructures routières, actuellement c’est très long avant d’obtenir les autorisations», considère François Legault.