Le Nouvelliste
Le rapport publié par la CDPDJ donne suite à une enquête qui avait débuté en 2017 à la suite d’une décision judiciaire laissant croire que la situation était problématique au sein des familles d’accueil de la Mauricie et du Centre-du-Québec.
Le rapport publié par la CDPDJ donne suite à une enquête qui avait débuté en 2017 à la suite d’une décision judiciaire laissant croire que la situation était problématique au sein des familles d’accueil de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Des lacunes «dénoncées depuis longtemps»

Pierrick Pichette
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Le rapport accablant émis par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) n’a rien de surprenant pour le syndicat de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS). Les lacunes rapportées étaient, semble-t-il, «dénoncées depuis longtemps».