Des infirmières retraitées à la rescousse

TROIS-RIVIÈRES — Devant la pénurie de main-d’œuvre qui touche plusieurs de ses hôpitaux, la direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) met de l’avant certaines mesures, dont le rehaussement des heures de travail des postes de préposés aux bénéficiaires à temps incomplet et le rappel d’infirmières, d’infirmières auxiliaires et préposés aux bénéficiaires retraités.

À l’approche de la période des vacances, la direction du CIUSSS souhaite rappeler au travail des infirmières auxiliaires retraitées notamment pour combler les périodes plus creuses. Déjà, près de 200 retraitées ont été sondées à ce sujet.

«Une trentaine de personnes ont déjà manifesté leur intérêt à revenir sous certaines conditions», indique Me Louis Brunelle, directeur des ressources humaines, communications et affaires juridiques au CIUSSS MCQ. «Les professionnelles qui vont revenir ne seront pas soumises aux règles des conventions collectives habituelles. Si une personne retraitée souhaite revenir travailler avec nous comme préposé aux bénéficiaires, on va adapter un peu ce qu’elle nous offre à notre offre de service.»

Le CIUSSS met également en place un projet pilote sur les territoires d’Arthabaska-de-l’Érable et de Bécancour-Nicolet-Yamaska afin d’offrir aux préposés aux bénéficiaires en hébergement du temps complet en augmentant les heures de travail. À partir du 27 mai, les quarts incomplets de 95 personnes seront rehaussés à 7,25 heures par jour pour une période de six mois. Ce rehaussement des heures de travail est nécessaire en raison du recours trop fréquent aux heures supplémentaires. Des investissements de 300 000 $ pour y arriver concrétiseront ce projet.

De plus, les préposés aux bénéficiaires de Drummondville n’auront plus à travailleur deux fins de semaine sur trois. Il s’agit du seul endroit dans la région où les préposés ont ces conditions. Ailleurs, on leur demande de travailler une fin de semaine sur deux. Depuis un bon moment, les travailleurs et les syndicats demandaient la modification de ces horaires. «Nous avons de la difficulté à recruter des travailleurs. Nous serons maintenant plus attractifs», soutient Me Louis Brunelle.

Toutes ces mesures ont pour but de favoriser l’attraction des emplois en santé et la stabilité du personnel, assure la direction.

Afin de mettre en branle ces nouvelles politiques d’emploi, la direction du CIUSSS MCQ a négocié avec la CSN afin d’alléger les processus de modification des horaires de travail. Lorsque l’employeur souhaite modifier les paramètres d’un poste, il doit normalement passer par un nouvel affichage. Toutefois, l’entente avec la CSN permet à la direction d’offrir directement les nouveaux postes à temps presque complet aux personnes détenant déjà ces mêmes postes actuellement à temps incomplet.

«Ça n’a pas été facile avec la CSN dernièrement, mais ça faisait longtemps qu’on discutait pour trouver des solutions particulièrement pour les préposés aux bénéficiaires des secteurs de Drummond et d’Arthabaska-et-de-l’Érable. Nous devions trouver des solutions pour ces deux secteurs», explique Me Louis Brunelle.