Un glissement de terrain menace ce pylône d'Hydro-Québec situé à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Des glissements de terrain sur une ligne électrique

Deux glissements de terrain sont survenus dernièrement à Sainte-Anne-de-la-Pérade au pied de deux pylônes électriques d'Hydro-Québec. Un important trou s'est formé à la base d'un de ceux-ci, forçant la société d'État à prendre des mesures de sécurité majeures.
Le glissement de terrain qui a nécessité des travaux a été découvert dans la nuit de jeudi à vendredi par Hydro-Québec dans le cadre d'une patrouille régulière, assure la société d'État. On ne sait donc pas le moment précis de l'affaissement du sol. 
Des experts d'Hydro-Québec ont réalisé des travaux vendredi afin de sécuriser le pylône. Entre autres, ils ont aménagé des structures en bois de chaque côté de la route 159, située non loin du pylône problématique, afin d'éviter que les fils électriques ne tombent sur la chaussée à la suite d'un effondrement. 
La porte-parole d'Hydro-Québec, Véronique Trépanier, soutient que la base de béton, sur laquelle repose le pylône, est toujours intacte. Le pilier près du glissement de terrain n'est donc pas dans le vide, assure la société d'État. 
«Nous avons installé des haubans à partir de la tête du pylône, des câbles pour que, s'il devait y avoir bascule, le pylône reste bien droit. Nos travailleurs ont travaillé toute une nuit», affirmait samedi en fin de journée Véronique Trépanier qui indique qu'aucun mouvement du sol n'a été enregistré depuis.
Ces événements n'ont toutefois entraîné aucune interruption de service pour les clients d'Hydro-Québec. Le courant sur un tronçon de cette ligne reliant Québec et Notre-Dame-du-Mont-Carmel a été dévié sur d'autres lignes de transmission. Hydro-Québec ne prévoit pas rétablir le courant avant que la situation soit entièrement corrigée.
Des ingénieurs d'Hydro-Québec étudiaient samedi les avenues qui s'offraient à eux pour corriger la situation de façon permanente. De plus, la route de terre qui permet d'accéder au pylône a été drainée samedi pour permettre à de la machinerie lourde de s'y rendre.
Dimanche, le directeur régional de la Sécurité civile, Sébastien Doire, affirmait qu'un autre glissement de terrain avait été découvert sur la même ligne de transmission. Des experts étaient sur place en fin d'après-midi pour évaluer les impacts de ce deuxième glissement de terrain.