Des gens qualifiés, réplique la SPCA

TROIS-RIVIÈRES — Contrairement aux prétentions de Normand Trahan, l’équipe qui prend soin des animaux saisis au Zoo de Saint-Édouard est qualifiée, réplique la SPCA de Montréal.

Dans un communiqué de presse envoyée lundi en fin d’après-midi, l’organisme explique qu’entre huit et 12 préposés aux soins de la Humane Society International s’occupent d’offrir des soins aux animaux du zoo. Ces préposés possèdent soit une formation spécialisée ou profitent d’une grande expérience avec les espèces du zoo. De plus, deux vétérinaires spécialisés en médecine zoologique supervisent les soins.

«Ces deux professionnels sont impliqués dans toutes les décisions relatives aux soins quotidiens prodigués aux animaux, dont la composition des diètes, les soins vétérinaires et la sécurité des enclos. Ils sont sur place régulièrement afin de veiller au bien-être des animaux», expose la SPCA de Montréal à propos de ces vétérinaires qui comptent plus de 16 ans et plus de 35 ans d’expérience dans le domaine.

En ce qui a trait au travail effectué par sa constable spéciale, la SPCA affirme que ses agents de protection animale sont des agents de la paix nommés par le ministre de la Sécurité publique. L’organisme rappelle que leur mandat est d’appliquer le Code criminel concernant la cruauté et la négligence envers les animaux.

Selon la SPCA, l’enquête concernant le Zoo de Saint-Édouard a duré plusieurs mois et a permis de recueillir des éléments de preuve.

Le directeur des poursuites criminelles et pénales a autorisé le dépôt d’accusations criminelles contre le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard et un juge de paix a autorisé l’émission d’un mandat d’arrestation.

«Avant toute perquisition, nos agents ont donc obtenu l’autorisation d’un juge de paix et l’ont exécutée en conformité avec les directives données par celui-ci. Notre intention est de retirer les animaux maltraités des lieux en vue de leur offrir les soins requis, le tout en conformité avec l’autorisation judiciaire que nous avons obtenue», dit la SPCA.