André Desharnais et Josée Gaboury attendent leur prochaine affectation des répartiteurs Marc Gélinas et Isabelle Baril.

Des Fêtes consacrées à Nez Rouge

TROIS-RIVIÈRES — On restreint le territoire, vendredi soir, verglas oblige. Les raccompagnements ne seront offerts que dans la périphérie urbaine. Ce ne sont toutefois pas des routes glissantes qui vont tempérer le moral ou l’enthousiasme d’André Desharnais et de Josée Gaboury. Les jeunes retraités ont fait de Nez Rouge «leur» cause. Quitte à remettre leurs propres célébrations à plus tard, quand tout le monde aura fini de fêter.

Le couple a tout fait ensemble. Le travail, comme la famille. Ils ont quatre enfants et trois petit-enfants. Encore jeunes cinquantenaires, ils vendent leur entreprise d’assurance et prennent une retraite anticipée. Or, ils jugent que la vie leur a été bonne et qu’il importe maintenant de redonner.

C’est de leur travail et de la difficulté qu’ils ont eue à trouver de l’assurance pour des clients à «risques problématiques» que l’idée de s’impliquer dans l’Opération Nez Rouge leur vient, naturellement. À leur propre surprise, la piqûre est instantanée. «Ce que j’aime, c’est que la gratification est immédiate», explique André Desharnais.

Le courtier d’assurance à la retraite explique qu’annoncer à un client que sa prime d’assurance venait de doubler n’était pas de nature à lui attirer les remerciements chaleureux qu’il reçoit aujourd’hui.

Le plaisir est partagé par sa compagne. Celle qui joue le rôle d’animatrice et de copilote dans les raccompagnements a un sac d’histoires bien rempli. Il faut dire que depuis cinq ans, le couple trifluvien participe à chacune des soirées où Opération Nez Rouge est sur la route. À raison de plus de 100 raccompagnements par année, on devine qu’ils en ont vu pas mal.

Or, tout ça se fait dans une bonne humeur évidente. «C’est comme une famille ici», se réjouit Josée Gaboury, en pointant l’effervescence des lieux. L’ambiance qui règne à «la centrale», installée dans l’Académie des Estacades, tend en effet à lui donner raison. Il est 20 h 50 et les lignes téléphoniques seront bientôt débloquées pour recevoir les premiers appels. Les habitués échangent les anecdotes, tandis que dans une petite salle, on dispense une formation aux nouveaux venus.

Les premières équipes partiront sur les coups de 21 h. Josée et André continueront pendant ce temps de nous expliquer les dessous de «l’Opération», avec l’autorité de vieux routiers. Il est entre autres question de l’application Nez Rouge, qui, si elle a amélioré le service client, a un peu fait perdre du charme qu’avaient les ondes radio pour les bénévoles.

On apprend aussi, en les écoutant, que leur implication ne se limite pas aux 15 soirs de raccompagnement offerts à Trois-Rivières. Dès novembre, ils donnent de leur temps dans la pose d’affiches, sur les routes et dans les bars. Ils font aussi les courses. Le café, les collations, la vaisselle, etc.

Deux mois bien remplis, en somme. La cause est noble. Le couple se félicite d’entendre souvent les clients raconter «qu’on a failli prendre notre char, mais on a choisi de vous appeler». On leur répondra à chaque fois qu’ils ont bien fait. Avec le sentiment du devoir accompli.

De plus, souligne Mme Gaboury, les gens sont toujours gentils, davantage «pompettes» que «ben chauds», s’amuse-t-elle. On doit d’ailleurs un peu lui tirer les vers du nez pour trouver une anecdote moins agréable. Le couple demeure discret, l’anonymat des clients est tenu en haute estime.

Il y a bien cette fois où une dame a un peu piqué une colère, après avoir été laissée là par son mari, en attendant un raccompagnement. Hors d’elle-même, il aura fallu lui servir un ultimatum: «tu embarques ou on s’en va». Josée Gaboury rigole encore en racontant qu’elle aura fini par jouer les psychologues sur la banquette arrière.

Après le 31 décembre, dernière soirée de Nez Rouge – où l’on mentionne que les bénévoles sont toujours les bienvenus et que le repas est gracieusement offert –, le couple Desharnais-Gaboury se préparera enfin à fêter en famille. Puis ce sera le départ pour le Mexique. Des vacances bien méritées.