­­Les étudiants en chiropratique de l’UQTR ont très hâte de prodiguer des soins aux gens de la Bolivie lors de leur voyage humanitaire.

Des étudiants s’envoleront pour la Bolivie

Trois-Rivières— En juillet, vingt étudiants en 4e année du doctorat en chiropractie de l’Université du Québec à Trois-Rivières auront la chance de vivre une expérience des plus enrichissantes en allant prodiguer des soins chiropratiques à la population bolivienne. Une mission humanitaire d’envergure qui coûtera près de 4000 $ par étudiant.

«Cette mission humanitaire est une occasion incroyable pour nous de grandir personnellement et ainsi devenir des leaders dans le domaine de la santé», explique Émile Marineau, étudiant en chiropractie.

En collaboration avec l’organisme Chiropratique Sans Frontières Canada, les étudiants se rendront en juillet prochain sur le terrain. Les objectifs de ce projet sont d’offrir gratuitement à des populations démunies des régions de Cochabamba et de Tiquipaya en Bolivie, des traitements et des conseils sur leur santé globale. Ainsi, les populations dans le besoin pourront profiter de soins de santé efficaces et de qualité. Les étudiants seront accompagnés de deux chiropraticiens lors de la mission. «Dans ce pays, il y a beaucoup de chutes et de traumatismes liés à la motocyclette. Les gens ne sont pas toujours traités pour l’adaptation liée à ces chutes. Nous serons donc aptes à traiter ces gens lors de blessures neuro-squelettiques. Ce voyage est une occasion en or pour les étudiants d’acquérir de l’expérience afin de devenir de meilleurs professionnels de la santé», explique Denis Marchand, chiropraticien et professeur à l’UQTR. La réalisation du projet coûte environ 75 000$ pour le groupe de vingt étudiants et de deux accompagnateurs chiropraticiens. Il est important de noter qu’une grande partie de cette somme sera investie dans ce pays en développement via l’embauche d’une vingtaine de traducteurs, de cuisiniers et d’hôtes.

«Je suis étudiant en chiropractie, car je veux aider les gens. Une mission comme celle-ci, nous donne la chance de voir comment les soins chiropratiques sont prodigués ailleurs qu’au Québec», explique Marc-Antoine Laquerre, étudiant en chiropractie.

«On veut montrer aux gens qu’il existe des alternatives aux soins médicaux, dont la chiropractie. Ce sont des pays en voie de développement, le système de santé n’est pas encore très bien implanté. C’est donc une alternative santé gratuite qu’on leur offre», renchérit M. Marineau. Lors de leur arrivée en Bolivie, les étudiants devront se rendre à l’ambassade pour obtenir un permis de travail afin de prodiguer légalement des soins pendant leur séjour. Une vidéo sera ensuite envoyée aux gens de la population afin de les informer des services qui seront offerts.

Il y a déjà plusieurs cliniques satellites d’établies en Bolivie. «Nous serons accueillis par un chiropraticien qui prépare ces cliniques. Nous serons ensuite dirigés vers des bases militaires pour offrir nos services. Lors de la mission, nous aurons des dossiers patients afin d’offrir des suivis cliniques. Grâce aux dossiers patients, nous sommes certains de soigner des patients qu’on avait déjà vus dans le passé», explique M. Marchand. Rappelons que plusieurs missions comme celle-ci sont organisées chaque année afin d’offrir des soins aux gens n’ayant pas recours à des services de santé optimaux. Un voyage humanitaire de cette ampleur engendre des coûts très élevés. Les étudiants organisent donc plusieurs activités de financement durant l’année scolaire tels que du recyclage de radiographies, de la vente de fromages, etc. Plusieurs campagnes de financement auront aussi lieu à l’UQTR afin de financer le voyage. Les étudiants sont encore à la recherche de commanditaires, il est toujours possible de se rendre sur leur page Facebook, Mission Humanitaire Chiropratique Bolivie 2018 afin d’avoir plus d’informations.