Des déchets ont été laissés près du barrage La Trenche.
Des déchets ont été laissés près du barrage La Trenche.

Des citoyens dénoncent un manque de civisme au barrage La Trenche

LA TUQUE — Des citoyens ont dénoncé le manque de civisme de certains individus qui ont laissé de nombreux déchets encombrants juste à côté du conteneur à déchets domestiques à la centrale La Trenche en Haute-Mauricie. Hydro-Québec a ouvert une enquête afin d’identifier les personnes qui ont laissé ça sur place. L’opération nettoyage a été entamée par un groupe de jeunes volontaires dans les derniers jours.

Les photos du dépotoir improvisé sont éloquentes: matelas, barbecue, chaises, divan, fenêtres… Elles ont été publiées sur la page Facebook de Rapide Blanc Station.

«C’est pour les déchets domestiques, mais là le monde jette les déchets à côté […] On a peur qu’Hydro se tanne et qu’elle finisse par l’enlever», dénonce Michel Rho, un résident de Rapide-Blanc.

Des déchets ont été laissés près du barrage La Trenche.

On s’explique mal pourquoi les gens laissent leurs gros déchets à cet endroit alors qu’un espace est aménagé à cet effet par la Ville de La Tuque, dans le village de La Croche, à une vingtaine de kilomètres de là.

«Le monde doit passer par là de toute façon, ils n’ont pas le choix. Il y a le centre de tri à La Tuque aussi», ajoute M. Rho qui croit que la situation est pire cette année que dans le passé.

«C’est à cause de certains individus que tout le monde va payer», déplore-t-il.

Des déchets ont été laissés près du barrage La Trenche.

Hydro-Québec va mobiliser de la machinerie et des employés afin de nettoyer le tout au courant de la semaine prochaine. Un groupe de jeunes du secteur leur ont toutefois facilité un peu la tâche en effectuant une corvée de nettoyage dans les derniers jours en guise d’exemple.

«Quand des enfants et des jeunes unissent leurs forces pour nettoyer les déchets laissés par des gens sans scrupule, ça donne à réfléchir! Ils tiennent à leur forêt et rêvent de pouvoir y venir avec leurs propres enfants un jour. En espérant que les responsables sont un peu gênés ce soir», peut-on lire sur la page Facebook de Rapide Blanc Station.

La société d’État a ouvert une enquête afin d’identifier les personnes responsables. Il faut dire que le secteur est surveillé par caméra.

Des déchets ont été laissés près du barrage La Trenche.

«On a vu les réactions et les inquiétudes sur les réseaux sociaux. On en a pris connaissance. On ne peut pas dire qu’on va enlever le conteneur, ça va dépendre de ce que l’on va identifier comme solution. […] Si l’on voit que ces solutions-là n’ont pas d’impacts, ça pourrait être une option de le retirer de l’endroit», explique la conseillère relations avec le milieu Mauricie et Centre-du-Québec chez Hydro-Québec, Élisabeth Gladu.

Hydro-Québec va d’ailleurs discuter de la situation avec la Ville de La Tuque dans les prochains jours afin de trouver une solution durable au problème.

«On a une rencontre à la mi-juillet et le sujet sera à l’ordre du jour afin de trouver une solution pour mettre fin à ces pratiques-là […] L’entente avec la Ville, c’était de permettre aux villégiateurs de mettre des matières domestiques, mais ce n’est pas un endroit pour mettre des encombrants de la sorte», souligne Mme Gladu.

Des jeunes ont pris en charge le nettoyage.

La Ville de La Tuque assure qu’elle sera à l’écoute et ouverte à trouver une solution durable.

«La gestion du conteneur et l’entretien, c’est à la charge d’Hydro-Québec. […] La façon bête et méchante serait de dire qu’ils ferment ça, et là, on serait pris avec des déchets en forêt. Ils veulent nous interpeller afin d’identifier des solutions et c’est certain qu’on va les écouter pour voir leurs demandes et leurs doléances. On va aussi regarder avec les associations de villégiateurs autour. Pour l’instant, c’est un dépôt d’Hydro-Québec, mais ça déborde un peu de son cadre normal et c’est pour ça qu’ils nous interpellent. On va tenter de trouver des solutions c’est certain», a indiqué le directeur général de la Ville de La Tuque, Marco Lethiecq.

Ce dernier indique que la situation semble se détériorer depuis deux ans et rappelle que le Centre de transfert des matières résiduelles est ouvert 7 jours sur 7 à La Tuque.

«C’est plus une problématique de comportement des gens qui n’utilisent pas les services à bon escient. C’est n’aurait pas été plus long de descendre à La Croche», a conclu M. Lethiecq.