Le nouveau Centre d’interprétation des habitats du martinet ramoneur du Sanatorium Lac-Édouard.

Des chercheurs s’intéressent aux martinets ramoneurs

Lac-Édouard — La protection de l’habitat des martinets ramoneurs, une espèce menacée qui a élu domicile à Lac-Édouard, est bien ancrée dans la mission du Sanatorium historique Lac-Édouard. Les efforts des dirigeants seront bientôt récompensés. Un important projet de recherche, en collaboration avec le Zoo de Granby, est sur le point de se mettre en branle sur le site.

«On arrive à l’étape, qui était notre premier but, d’en faire un site de recherche majeur sur le martinet ramoneur. C’est super stimulant», a souligné Simon Parent, un des propriétaires du Sanatorium Lac-Édouard.

Il faut dire que les dirigeants n’ont pas ménagé les efforts dans les dernières années. Ils ont investi plusieurs milliers de dollars pour restaurer la grande cheminée où vont les oiseaux, ils ont construit plusieurs nichoirs et ils ont ouvert un centre d’interprétation.

«On a développé aussi des maillages et on a lancé des projets régionaux pour que le martinet soit protégé dans l’agglomération de La Tuque», a spécifié M. Parent.

C’est un important projet qui est en train de se préparer autour des martinets ramoneurs qui sillonnent le ciel de Lac-Édouard.

«Le projet va impliquer des hautes technologies. Ils vont prendre un oiseau de 20 grammes, ils veulent mettre une nano puce de 0,2 gramme collée sur sa plume. Ils vont étudier son vol, son comportement et surtout sa nidification en milieu naturel».

«Le Zoo de Granby a le mandat de réinvestir une partie de leurs revenus dans la protection d’une espèce menacée en milieu naturel. [...] Le martinet ramoneur est dans leur mire. Ça veut dire que dans les quatre ou cinq prochaines années, il va y avoir beaucoup d’action au Sanatorium», a ajouté Simon Parent.

Ce dernier pense également que cette association avec le Zoo de Granby aura des effets positifs pour le site du Sanatorium au Lac-Édouard.

«Il va y avoir une mascotte, une bande dessinée... Il va y avoir des outils intéressants qui s’adressent aux gens de 7 à 77 ans. Quand les gens vont venir au Sanatorium, il va y avoir des éléments qui vont les référer au zoo et vice versa. C’est des centaines de milliers de visiteurs qui vont au Zoo annuellement et c’est le genre de clientèle qu’on veut attirer chez nous aussi», a-t-il affirmé.

Des outils éducatifs sont également sur la planche à dessin pour le Sanatorium. On parle, entre autres, d’un tour guidé interactif avec une tablette.