De gauche à droite: Pierre-Michel Auger, député de Champlain, Diane Aubut, mairesse de Sainte-Anne-de-la-Pérade, Alain Bourbonnais, directeur général de la Société du site Madeleine-de-Verchères et David Magny, président.

Un pavillon aménagé au Domaine seigneurial à Sainte-Anne-de-la-Pérade

Sainte-Anne-de-la-Pérade — Un nouveau pavillon multifonctionnel sera construit, l’été prochain, près du Manoir Madeleine-de-Verchères de Sainte-Anne-de-la-Pérade, et les ruines du bâtiment détruit par un incendie, en 1927, seront intégrées au futur bâtiment. Les travaux s’amorceront dès le printemps prochain.

Il s’agit d’un projet de quelque 175 000 $. Le gouvernement provincial a annoncé, lundi, par l’entremise du député Pierre-Michel Auger, une aide financière de 50 000 $, tandis que le gouvernement fédéral annoncera sa contribution un peu plus tard. La MRC des Chenaux a elle aussi contribué à ce projet qui vient gonfler son offre touristique.

«C’est un vieux projet», raconte Alain Bourbonnais, directeur général de la Société du site Madeleine-de-Verchères, dont les premiers balbutiements remontent au milieu des années 1970. Le projet a été rallumé il y a une dizaine d’années, mais son coût prohibitif de 800 000 $ avait freiné sa réalisation.

Les fêtes du 350e de la municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pérade ont donné l’occasion de relancer l’idée de construire ce pavillon. 

Le projet sera toutefois moins ambitieux et donc moins coûteux que les anciennes projections. L’édifice, qui sera de style canadien-français à deux versants de toiture, sera à aire ouverte et rappellera celui qui a été incendié. Il permettra d’accueillir des autobus de visiteurs.