Michel Grosleau a perdu après 15 ans à la mairie.

Saint-Prosper: Grosleau perd ses élections

Saint-Prosper-de-Champlain — Le maire sortant de Saint-Prosper-de-Champlain, Michel Grosleau, a finalement perdu aux mains de René Gravel, lors des élections du 5 novembre.

M. Grosleau, qui a été maire de la municipalité pendant 15 ans sans interruption, croit que le fait de s’être présenté, au beau milieu de la campagne électorale, à la mairie de Saint-Tite, où il possède une résidence, est la principale raison de sa défaite.

«Ça n’a pas aidé. Les gens ont pensé que je les laissais tomber, surtout du côté des plus âgés», analysait-il lundi matin, après avoir laissé la poussière retomber un peu.

Son adversaire et nouveau maire de Saint-Prosper, le producteur agricole René Gravel, croit que la population était prête pour du changement. «Le taux de participation a été de 73 %», dit-il.

À peine 14 votes séparent les deux adversaires et accordent la victoire à M. Gravel.

Ça peut sembler peu, mais la municipalité compte à peine quelque 500 âmes.

Le gagnant a récolté 176 votes, soit 43,89 % des intentions, contre 162 pour M. Grosleau qui a reçu l’appui de 40,40 % des électeurs.

Le troisième candidat à la mairie, Yan Boissonnault, a récolté 63 votes (15,71 %).

Rappelons que le maire sortant de Saint-Tite, André Léveillé, avait d’abord décidé de ne pas se présenter, laissant plutôt sa place à Michel Grosleau. Même si M. Grosleau possède une propriété à Saint-Tite, il aurait toutefois fallu qu’il ait habité dans la municipalité pour avoir la possibilité de s’y présenter.

Il semble que cette affaire ait aussi généré des répercussions à Saint-Tite. Rappelons que M. Léveillé, après avoir annoncé qu’il ne se présentait plus, est revenu sur son intention lorsque M. Grosleau s’est retiré.

Le maire sortant de Saint-Tite a finalement perdu ses élections et récolté 40,53 % des intentions de vote contre la nouvelle mairesse, Annie Pronovost, qui a remporté 59,47 % de la faveur des électeurs.