Christian Fortin a remporté son élection une deuxième fois, lundi.

Mairie de Batiscan: Fortin l'emporte... encore

Trois-Rivières — Est-ce possible de remporter deux fois la mairie en l’espace de quelques jours? C’est ce qui est arrivé à Christian Fortin aux élections du 5 novembre dernier, à Batiscan, contre la mairesse sortante, Sonya Auclair, ainsi que lundi, lors d’un deuxième dépouillement du scrutin tenu au palais de justice de Trois-Rivières.
Sonya Auclair veut demander l’annulation de l’élection.

C’est que Mme Auclair, rappelons-le, avait demandé un nouveau dépouillement du scrutin après avoir perdu contre M. Fortin à 376 contre 351, soit par à peine 25 voix. La candidate estimait que plusieurs irrégularités avaient été commises au cours du scrutin.

Lundi, au terme d’une nouvelle analyse minutieuse de chacun des bulletins de vote sous le regard attentif et scrutateur des deux opposants, cet écart s’est finalement creusé... à 34 votes en faveur de M. Fortin.

La mairesse sortante avoue qu’elle ne s’attendait pas vraiment à gagner en demandant un nouveau dépouillement, mais qu’elle voulait surtout mettre en lumière des irrégularités commises au cours du scrutin.

D’ailleurs, elle entend placer une demande à la Cour supérieure afin de faire annuler cette élection, du moins si ses finances le lui permettent. «Je l’aurais fait même si j’avais gagné», affirme-t-elle.

Le juge Pierre Allen n’a toutefois pas tranché, lundi, en fin de journée, au sujet des frais encourus par ce nouveau dépouillement ni au sujet de qui devrait les payer.

Sonya Auclair a fait valoir qu’à la lumière des irrégularités commises, les frais en question devraient être assumés par la municipalité.

L’avocat de Christian Fortin, Me Gyslain Lavigne, a pour sa part rappelé au juge Allen qu’en général, ces montants doivent être assumés par le candidat défait, en l’occurrence, Mme Auclair.

Sonya Auclair franchira-t-elle vraiment l’étape suivante, c’est-à-dire demander à la Cour supérieure d’annuler l’élection de Batiscan? «C’est sûr qu’il faut que j’analyse la situation», dit-elle. 

«J’ai quand même une famille. J’ai un travail et vous voyez que ça fait deux jours que je perds là-dedans. En fait, je ne l’ai pas perdu, parce que je l’ai donné à la justice sociale, mais quand même, j’ai une famille, j’ai des petits-enfants et je suis pas mal le soutien de famille chez nous. Je ne sais pas si je vais pouvoir avoir de l’aide là-dedans. Je pense que pour la justice, la démocratie et que les gens puissent continuer à avoir confiance», il faudrait faire cette démarche, croit-elle fermement.

Même si le nouveau dépouillement n’a rien changé au résultat de l’élection, il est vrai que certains gestes posés au cours du scrutin ne répondent pas à la loi. Par exemple, on a trouvé deux bulletins de vote qui ne portaient pas les initiales du scrutateur. Un autre avait été écrit au stylo plutôt qu’au crayon de plomb. Le président d’élection avait mis ses initiales sur certains bulletins, ce qu’il n’a pas le droit de faire. 

Dans une urne, il y avait tellement de disparités entre les initiales que le juge a laissé entendre qu’il aurait fallu embaucher un spécialiste de l’écriture pour confirmer si ces initiales provenaient ou non de la même personne. Il a donc dû se pencher sur plusieurs bulletins afin de s’assurer de leur validité. 

On a aussi trouvé des enveloppes du vote par anticipation qui n’avaient pas été scellées après leurs dépouillement de même que des bulletins de vote qui sont tombés sur le plancher lorsque les enveloppes ont été retirées d’une des boîtes de scrutin, devant le juge.

Ce sont autant d’éléments et bien d’autres, qui ont fait dire à Sonya Auclair que tout ne s’est pas passé dans les normes, le soir des élections.

Le nouveau dépouillement concernait aussi le poste de conseiller numéro 4 remporté le 5 novembre par Pierre Châteauneuf contre Sébastien Hélie. Malgré l’analyse de chaque bulletin, M. Châteauneuf demeure gagnant.

Le nouveau maire, Christian Fortin, qui amorce un quatrième mandat à la tête de la municipalité, n’a pas voulu commenter l’intention de Mme Auclair de faire annuler l’élection à Batiscan.

«Aujourd’hui, on va s’en remettre au processus démocratique. À partir de maintenant, j’ai un mandat de travailler avec le conseil municipal et de travailler pour l’ensemble de la population de Batiscan. Le choix démocratique des gens de Batiscan a été confirmé aujourd’hui à la mairie», dit-il.