L’ambiance à l’intérieur de l’église de Sainte-Anne-de-la-Pérade incitait à la fête samedi soir.

Les Péradiens célèbrent la clôture des festivités du 350e

SAINTE-ANNE-DE-LA-PÉRADE — Le rideau est tombé samedi soir sur une année de festivités à Sainte-Anne-de-la-Pérade. Les Péradiens ont célébré en grand la fin des fêtes du 350e anniversaire de fondation de leur communauté avec un spectacle de clôture mettant en vedette Paul Daraîche, Mario Pelchat, 2Frères et la fierté de Sainte-Anne, Valérie Carpentier.

«C’était la fin d’une belle année», lance sans hésiter Gilles Devault, président de la Corporation des fêtes du 350e anniversaire de Sainte-Anne-de-la-Pérade. 

«Les gens étaient présents et les artistes ont donné un formidable spectacle à la hauteur des attentes des Péradiens. Avec la clôture de la fête et le feu d’artifice après, c’était excellent.»

L’église de Sainte-Anne-de-la-Pérade a accueilli 1200 spectateurs à cette soirée. Les Péradiens étaient surtout heureux de revoir Valérie Carpentier pour la première fois depuis l’hommage qui lui avait été rendu à la suite de sa victoire à La voix en 2014. Il s’agissait d’un retour aux sources émouvant pour la chanteuse originaire de Sainte-Anne-de-la-Pérade. Ses concitoyens se souviennent encore de l’époque où la jeune Valérie était servante de messe dans cette même église. La dernière fois que Valérie Carpentier y avait chanté, elle avait environ 15 ans à l’occasion d’un spectacle de Claude Dubois. 

«Tous les souvenirs de mon enfance ressortaient. C’était spécial de retourner dans cette église en tant qu’artiste invitée. J’ai pensé à tout le chemin parcouru», a avoué la chanteuse en entrevue, au lendemain de son spectacle. «Presque toute la population du village était là. C’était vraiment spécial.» 

L’émotion dans la salle était si vive lorsque Valérie Carpentier est montée sur scène, que la jeune chanteuse n’a pu retenir ses larmes. «J’ai essayé d’être plus protocolaire lorsque je parlais aux spectateurs, mais c’était décousu parce que j’étais en train de pleurer. Et en même temps, je riais parce que ça n’avait pas de bon sens de pleurer comme ça», confie en riant la chanteuse. 

«C’était vraiment intense. Lorsque j’étais enfant, je n’avais pas vraiment d’amis à Sainte-Anne. Le souvenir que j’avais c’était le rejet. Et tout à coup, j’arrive à Sainte-Anne et tout ce que j’ai c’est de l’amour. Je me suis rendu compte qu’enfant, je m’étais sûrement trompée.»

Valérie Carpentier a également chanté un duo avec Paul Daraîche, un des artistes favoris de son père. Ils ont interprété ensemble Jusqu’à l’autre bout du monde. «J’étais très contente de chanter avec lui. C’était le fun», note la chanteuse. «Paul Daraîche est vraiment rempli d’amour. Il a vraiment du plaisir à être là. C’est important de garder son cœur d’enfant comme il le fait. J’aimerais avoir le même plaisir de chanter que lui lorsque j’aurais son âge.»  

Le président de la Corporation des fêtes du 350e avoue que les Péradiens étaient très heureux de revoir la chanteuse qui représente fièrement leur communauté sur toutes les scènes du Québec. «C’était très important pour nous qu’elle fasse partie du groupe d’artistes pour le spectacle de clôture», note Gilles Devault. 

Cette année de célébration a demandé beaucoup de travail au comité organisateur de la Corporation des fêtes du 350e. «Ces fêtes ont nécessité deux ans et demi de travail», affirme Gilles Devault. 

De grandes célébrations comme celles du 350e de Sainte-Anne-de-la-Pérade favorisent l’implication des citoyens auprès de leur communauté. Ayant le cœur à la fête, des organismes du village ont tenu tout au long de l’année diverses activités qui ont rendu encore plus vivante cette année de célébrations. En tout, près de 25 activités se sont ainsi greffées à la programmation officielle de la Corporation des fêtes du 350e. Par exemple, l’Aféas de Sainte-Anne-de-la-Pérade a tenu un événement où elle présentait l’évolution de la femme depuis 350 ans. 

«La Société d’histoire nous a fait revivre de son côté les 350 ans de l’histoire de la municipalité et de notre MRC», précise M. Devault. «Chaque organisme a joué un rôle important dans nos fêtes. Et ces fêtes ont permis à de nouvelles personnes de s’impliquer dans la communauté.»