Démissions et suspension chez les pompiers de Saint-Maurice

SAINT-MAURICE — Le conseil municipal de Saint-Maurice a confirmé la démission de deux membres de son service d’incendie, lors de sa dernière réunion. Ces démissions s’ajoutent à une suspension qui, elle, sera débattue prochainement devant le Tribunal administratif du Québec.

Le maire de Saint-Maurice, Gérard Bruneau, n’est pas du tout inquiet de cette situation et assure que le service incendie compte présentement 17 ou 18 pompiers. «Le service est complet et la sécurité de la population est assurée», tient-il à préciser.

Selon M. Bruneau, les deux démissions relèvent de considérations personnelles et familiales.

«Ce n’est pas quelque chose d’inattendu dans une municipalité rurale où ce sont des pompiers volontaires», fait-il valoir.

«Ces gens-là embarquent dans le service d’incendie comme pompiers volontaires, mais ils ont des emplois autres. Il y en a , là-dedans, quand ils ont embarqué, qui étaient célibataires et libres de leur temps. Maintenant ils sont en couple. Ils ont des enfants. Pour des questions personnelles, ils désirent se retirer. Ça ne leur tente plus de se lever à 3 h du matin pour aller répondre à un incendie», fait valoir le maire.

Ce n’est pas la première fois, toutefois, que la municipalité éprouve quelques difficultés avec son service incendie. Rappelons qu’en 2013, le conseil municipal avait accepté la démission de Martin Aubry comme directeur. Ce dernier avait présenté sa démission en guise de protestation contre ce qui lui apparaissant être de l’ingérence du conseil municipal dans son service.

L’autre chef avant lui, Sylvain Montreuil, avait lui aussi démissionné en 2012 alors qu’un différend l’opposait au conseil municipal concernant la pertinence d’acheter un camion-citerne pour la municipalité.

Le maire indique toutefois que la municipalité possède une liste d’attente de pompiers désireux de venir travailler à Saint-Maurice pour le service des incendies.

L’actuel chef pompier est présentement en congé de maladie après s’être blessé en tombant sur la glace.

C’est son adjoint qui prend la relève entre-temps, indique M. Bruneau, et ce, après consultation, assure-t-il.

«Il y a 15 jours, on a rencontré les pompiers au complet pour une remise de casque au chef pompier adjoint. Tout le monde était bien de bonne humeur et tout le monde était derrière lui», assure-t-il.